SEHRI : de 1789 à 1815 - association loi 1901
Bonjour
N'oubliez pas de vous inscrire et de vous présenter pour profiter pleinement du forum.
cordialement

Les Chauffeurs de Pieds

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les Chauffeurs de Pieds

Message  Laurent le Mar 6 Déc - 12:59

J'ai pensé que cela pourrait être sympa, de poster ici les fermes attaquées, ou crimes commis dans les chauffeurs afin de commencer doucement un recensement.

en voici une cité par :

Baron Despatys, Magistrats et Criminels, 1795-1844, d’après les mémoires de Gaillard, ancien président à la Cour de Justice Criminelle de Seine-et-Marne, Conseiller à la Cour Impériale de Paris, Conseiller en Cassation, Librairie Plon, Paris, 1913.


vers la fin d'avril 1797, la ferme dite de la Hotte, communes de Favières, Canton de Tournan, département de la Seine-et-Marne, fut "[i]dévastée et tous ses habitants égorgés, même les enfants de 6 et 8 ans, sans doute pour se débarasser de toute espère de témoins"

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4507
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 45
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Chauffeurs de Pieds

Message  Laurent le Mar 6 Déc - 14:08

autre affaire, que décrit le même auteur à propos d'une bande de chauffeurs, qui fut jugée par un commission militaire provisoire établie à Paris dans le but justement de lutter contre les brigands. 28 sont condamnés à mort en un seul jugement en 1801 :

"au moment de marcher au supplice, une des femmes condamnées se déclara grosse, il fallut donc surseoir à son exécution. Pendant le sursis, cette femme qui n'était pas enceinte, prit envers le gouvernement l'engagement de faire arrêter tous les chauffeurs qu'elle connaissait à la seule condition d'une commutation de peine en une prison perpétuelle. Le Marché fut conclu sur le champ. et les révélations de cette paysanne contribuèrent à dissoudre les bandes beaucoup plus efficacement que les jugements sévères des commissions militaires. Cette femme, âgée de 27 ans, d'une haute taille avait les traits forts réguliers, et une très bonne figure. Bien qu'elle fut campagnarde, son langage annonçait qu'elle avait beaucoup fréquenté les villes. Elle avait l'habitude du cheval, ce qui lui facilitait les moyens de remplir son engagement. Accompagnée de deux gendarmes, toujours étrangers au pays, elle parcourait sous des habits d'hommes les foires et marchés, par un signe convenu, elle faisait arrêter ses anciens compagnons de brigandages, et paraissait comme témoin dans les procès qu'on leur intentait. C'était sous ses habits féminins qu'elle assistait à l'audience, les brigands en l'apercevant, entraient dans des accès de rage, difficiles à décrire. Dans l'impuissance de l'écharper, ils l'accablaient d'injures, et révélaient au public, des traits d'atrocités commis par elle, surpassant de beaucoup les actes les plus barbares de l'antiquité. Un de ces misérables, arrêté sur ces renseignements lui reprochant en pleine audience du tribunal criminelle de Melun, d'avoir coupé avec ses ciseaux, et arraché les deux yeux d'un paysan qui ne voulait pas livrer son argent, le fait était exact"

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4507
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 45
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Chauffeurs de Pieds

Message  Laurent le Mar 6 Déc - 14:12

Cette dénonciatrice continue son travail, et donne des informations sur le pillage d'une ferme du Canton de Rebais, vers la fin de 1796, les 6 chauffeurs sont retrouvés et arrêtés, et jugé par le tribunal criminel en 1803 :

"Le père et la mère, trois enfants furent égorgés, après avoir été mutilés et après avoir subi le supplice du chauffage. Pendant 7 ans la justice n'avait pu recueillir aucun indice de nature à les mettres sur les traces des auteurs de ce forfaits, on avait appris seulement que la veille de l'assassinat, 6 individus avaient été vus dans les environs de la ferme, stationnant dans trois cabarets différents"

"La 1ère arrestation fut celle des nommés Leclerc père et fils, marchands d'ânes et de vaches à Neufmontier près de Meaux, tous deux portaient les surnoms de "Marche à Terre".

Le père fut innocenté comme n'ayant pas pris part au massacre, le fils fut condamné à mort. Avant de monter sur l'échafaud il déclare avoir des révélations importantes :

"on a bien fait de déclarer que mon père n'était pas coupable, ni des assassinats, ni du vol pour lesquels je suis condamné bien justement puisque j'ai pris part à ces crimes avec les trois frères Maréchal de Chauny, et les deux frères Beaumont de Marigny près de Château-Thierry, mais mon père a commis un meurtre à Meaux, à la même époque, il l'accuse aussi d'un vol de cheval et indique que son père, creuset du crime continuera les meurtres s'il n'est pas neutralisé. Il fut en effet confondu, et condamné à mort et exécuté en 1803.

La seconde arrestation fut celle de Maréchal Aîné, bucheron dans un village près de Chauny, et servait de caissier dans la bande de chauffeurs. Il est arrêté et blessé d'une balle lui ayant cassé la cuisse, ayant cherché à se tirer sur les gendarmes. Il fut transporté à l'hôpital de Soissons, le trésor de la bande retrouvé selon ses indications et saisi.

Les deux autres frères, sont finalement cueillis à leur domicile, et amené devant le juge de paix de Rebais. Antoine le plus jeune, réussi à se prendre dans son cachot la nuit même de son arrestation. Ils sont également confondus par le Juge Gaillard et envoyé à la guillotine en 1803.

Les deux frères Beaumont sont eux aussi arrêtés, par la justice ne les condamnent qu'aux fers à perpétuité, ils sont envoyés au bagne de Rochefort au le Juge Gaillard, par un hasard malheureux les rencontrent bien des années plus tard sous la Restauration.

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4507
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 45
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Chauffeurs de Pieds

Message  Laurent le Mar 6 Déc - 15:30

nouvelle affaire conté par le Juge Gaillard, celle des demoiselles Berthier de Recloses près de Nemours :

"dans un village demeuraient deux vieilles demoiselles, fort riches, et vivant en simples paysannes, dont elles avaient conservé le costume. Leur richesse bien connue, ne pouvait manquer d'attirer l'attention des chauffeurs. Ils pénétrèrent pendant une nuit de l'hiver de 1804, dans la demeure de ces bonnes filles, qu'ils garrotèrent dans leurs lits, et qu'ils ne détachèrent pas lorsqu'ils s'enfuirent. emportant un butin beaucoup plus important qu'ils ne l'avaient soupçonné. Les cordes avaient été tellement serrées par ces brigands que six mois après l'événement, on en apercevait encore les traces sur le corps des deux femmes, circonstance qui motiva la peine de mort [...] sur cinq accusés traduits devant la Cour Criminelle de Seine-et-Marne, trois seulement furent reconnus et déclarés coupables, parmi eux figurait un nommé Drugeon serrurier de Fontainebleau qui mérite une mention spéciale. Son arrestation causa dans la ville une surprise et des regrets universels. La calomnie seule pouvait avoir attiré sur cet homme de bien, les regards de la justice. Réduit à l'impossibilité de travailler de son état, par suite d'une blessure grave, Drugeon était entré comme garçon dans un établissement de bains, un jeune officier de la garnison y laisse sa montre enrichie de diamants, Drugeon s'empresse de la lui reporter [...]

un des co-accusés de Drugeon fut acquitté étant parvenu à établir un alibi, mais il était enrôlé dans une autre bande de chauffeurs, et le procureur général de Versailles l'avait réclamé, en cas d'acquittement à Melun, comme poursuivi pour faits de chauffage de la plus révoltante atrocité commis dans la Seine-et-Oise. Ce misérable avait un air de douceur et d'honnêteté qui excluait tout soupçon du crime, il était maire de son village, à l'époque où les parents des émigrés furent contraint de quitter Paris. Son excellente réputation en attira dans sa commune un si grand nombre, que toutes les chambres des paysans étaient occupées par des marquises et des comtesses, que le citoyen maire comblait d'attentions et de bons procédés. Beaucoup de ses dames, accoururent aux débats et eurent peine à contenir leur indignation, au récit des actes de barbarie attribués à leur protecteur par l'acte d'accusation. Cet homme, si compatissant fut convaincu à Versailles, d'avoir fait périr plusieurs malheureux dont les pieds, étaient posés devant un brasier ardent et leur enfonçant le crâne à coup de crosse de pistolet de poche.

Quant à Drugeon, les chauffeurs n'étaient toujours pas réunis en bande, et comme ils disaient "en activité de service", la plupart exerçaient une profession, avaient une résidence, mais pour avoir part aux bénéfices, ils devaient constamment se tenir à la disposition de leurs chefs et obéir ponctuellement à leurs ordres. Drugeon est commandé pour une expédition, il doit se trouver à deux lieues de Melun, sur la rive droite de la Seine, les chauffeurs avaient des cabarets, tenus en général par des complices, où il étaient hébergés et soignés en cas de maladie, qu'ils eussent ou non de quoi payer. Celui de Seine-Port était tenu par un nommé Gougis, fils d'une veuve fort estimable pâtissière à Melun. L'ordre transmis les chefs indiquaient le lieu où l'on devait se rendre, jamais le nom des associés qu'on devait y rencontrer ni la nature de l'expédition n'était connus.

[...] on apprit également que les blessures qui avaient forcé Drugeon à interrompre son métier de serrurier, étaient les suite d'un combat contre la Gendarmerie. Drugeon et ses deux complices furent exécutés à Melun en 1804
.


_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4507
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 45
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Chauffeurs de Pieds

Message  Laurent le Sam 24 Déc - 11:05

Dans la région d'Orléans, le 11 octobre 1795, voici une affaire de chauffeurs de pieds :

Sur les neufs heures du soir, vingt-trois misérables, tous ouvriers d'Orléans, mariés ou non marié, montés sur de vigoureux chevaux, armés jusqu'aux dents, masqués et déguisés, se présentent à la ferme de Gautray près d'Orléans, pénètrent dans les appartements du maître, Monsieur de Gautray, l'attachent sur son lit et le forcent de déclarer où était son argent. D'autres se répandent dans le château, garrotent les domestiques, les fermiers, et se mettent à piller la maison, ramassant l'argenterie, le linge, les effets d'habillements, et se retirent après avoir tout dévasté et s'être portés aux violences les plus révoltantes.
Vers six heures du matin, quelques garçons de ferme après bien des efforts, parviennent à se débarrasser de leurs liens, et après avoir délivré leurs maîtres et les domestiques, ils vinrent à Olivet puis à Orléans, annoncer leur malheur. La justice informa, et malgré toutes les investigations ne put saisir que trois des coupables, dont un s'étrangla en prison, et les deux autres furent exécutés sur le Martroi

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4507
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 45
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Chauffeurs de Pieds

Message  Laurent le Lun 6 Mar - 17:46

https://revolutionsehrivolontaires.wordpress.com/corps-declaireurs-des-bouches-du-rhone/

Corps d'éclaireurs des Bouches-du-Rhône employé à la lutte contre les brigands et autres chauffeurs de pieds

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4507
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 45
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Chauffeurs de Pieds

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum