SEHRI : de 1789 à 1815 - association loi 1901
Bonjour
N'oubliez pas de vous inscrire et de vous présenter pour profiter pleinement du forum.
cordialement

le dictionnaire des hussards français

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Marc Morillon le Sam 1 Oct - 8:37

Bonjour

Le lien inclus au début de ce post ne fonctionne plus.
Comment peut on avoir accès au document?
Merci
Marc
avatar
Marc Morillon
collatio

Messages : 171
Date d'inscription : 04/05/2016
Age : 65
Localisation : Draguignan

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Laurent le Sam 1 Oct - 14:32

attention, le message est pour Jérôme, 4 Hussards dans les pages précédentes n'ont pas été précisés comme ajoutés dans le dictionnaire, je le rappelle car tu avais l'habitude de confirmer l'ajout, j'ajoute un 5e homme à confirmer :

Vanot Jean-Baptiste originaire de Paris, enrôlé à 19 ans, le 7 septembre 1792, versé au 7e bis bataillon de Paris quelques jours plus tard, passé sous-lieutenant au 6e régiment de Hussards le 22 octobre 1792, aide de camp du général Dampierre, qui le cita tout particulièrement dans son rapport sur Jemappes : « Le citoyen Vanot, officier au 6e régiment de Hussards, mon aide de camp, fils unique d’un négociant aisé de Paris, a prouvé qu’il aimait plus les dangers que les douceurs de la félicité domestique, mais ce que je dis de lui, ne dois-je pas le dire de tous les volontaires ? ». Démissionnaire en 1796, il reprend du service comme adjoint aux adjudants-généraux avec le grade de lieutenant en 1799, capitaine en 1801, chef d’escadron en 1807, chevalier de la Légion d’Honneur et major dans la ligne, chef d’escadron dans les chasseurs à cheval de la Garde impériale en 1813, blessé à La Roche et à Raismes, tué à Weimar, le 23 octobre 1813.


Attention, s'il s'engage au 6e de Hussards, le régiment baissera d'un rang en 1793 pour devenir le 5e, cela peut prêter à confusion


Sources : Chassin et Hennet, Les volontaires nationaux pendant la Révolution, tome 1, page 678

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4685
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 45
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Laurent le Mer 5 Oct - 8:55

Fribis, cavalier au 4ème régiment de Hussards (mai 1787), sous-lieutenant au 6ème Hussards (avril 1793), lieutenant (thermidor An II). Capitaine sur le champ de bataille à l’affaire de Beyheim en Hollande (An VIII). Passe au 1er régiment de Cuirassiers (5 ventôse An VIII). Décoré de la Légion d’Honneur (1807). Fait prisonnier et reçu trois blessures à l’affaire de Marchiennes près Aniche. Tué à Hollabrünn le 9 juillet 1809 .

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4685
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 45
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Laurent le Mer 5 Oct - 9:21

Novillars, cavalier au 4ème régiment de Hussards (1er Thermidor An VII). Sous-lieutenant à la demande du général Lecourbe pour action d’éclat à l’affaire du 1er Messidor An VIII. Lieutenant au 24ème régiment de Cavalerie à la demande du général Moreau pour action d’éclat à la bataille de Hohenlinden (12 frimaire An IX). Passé au 1er régiment de Cavalerie (22 pluviôse An X). Capitaine (22 thermidor An XI). Nommé Aide de Camp du général Margaron (20 fructidor An XI). Reçut un sabre d’honneur pour action d’éclat à la bataille de Hohenlinden par décret du 18 pluviôse An II. Trois blessures, dont deux graves, dans les différentes affaires sur le Danube, An VIII et IX .

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4685
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 45
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Laurent le Mer 5 Oct - 10:29

Taurin-Pagan, Hussard de Jemmapes (mai 1793), il passa la même année au 12ème régiment de Dragons. Nommé sous-lieutenant sur le champ de bataille par le général Championnet (22 pluviôse An VII). Aide de camp du général Raoul (fructidor An VII), lieutenant au 1er régiment de Cavalerie (28 fructidor An X), il passa Aide de camp du général Duhesme en l’An XI .

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4685
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 45
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Laurent le Sam 8 Oct - 16:04

Simon Claude-François, originaire de Paris, servit dans la garde nationale parisienne (1789-1791), enrôlé à 18 ans, comme grenadier, au 3e bataillon de Paris (26 juillet 1791), sous-lieutenant au 92e régiment d’infanterie (22 mai 1792), lieutenant de grenadiers (31 mai), capitaine (1794), adjoint aux adjudants généraux (1795), chef d’escadron, adjoint à l’État-major de l’armée d’Égypte (1800), passé au 7e de chasseurs à cheval (1802), chevalier de la Légion d’Honneur (1804), major au 3e régiment de hussards (1807), colonel en second (mars 1809), commandant le 1er régiment provisoire de cavalerie légère (décembre), il fut blessé à la Montagne de Fer, à Saint-Jean d’Acre (1799) et à Alexandrie, mort à Paris, le 18 septembre 1810.

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4685
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 45
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Laurent le Dim 9 Oct - 9:35

Béthune Pierre-François-Joseph, originaire de Catillon dans le Nord, soldat au régiment des Gardes françaises entre 1784 et 1789, puis dans la garde nationale parisienne soldée. Engagé à 24 ans dans le 3ème bataillon de Paris, sergent-major le 18 juillet 1791, sous-lieutenant le 15 novembre 1791, nommé lieutenant en avril 1793. Passé à la 7ème demi-brigade de ligne, démissionnaire en 1799. Capitaine au 1er régiment de hussards à pied en 1800. Réformé en 1801, capitaine au 18ème régiment d’infanterie légère en 1805, retraité en 1806. Commandant la compagnie de réserve de la Haute-Marne en 1809, licencié en 1814.

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4685
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 45
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Laurent le Dim 9 Oct - 14:36

Berger Amé-Jean-François-Auguste, originaire de Thionville, enrôlé à 18 ans, au 3e bataillon de Paris (18 juillet 1791), retiré (1er décembre 1792), employé dans le train d’artillerie de l’armée de Moselle, capitaine au 9e hussards, aide de camp du général Brune (1793), aide de camp du général Vezu (1795), chef d’escadron (avril 1796), commandant en chef l’école d’équitation de Versailles (septembre), chef de dépôt de remontes à Colmar (1798), employé à la formation des bataillons auxiliaires (1799), sous-inspecteur aux revues (1800), employé aux armées des Grisons et du Rhin, puis aux camps de Brest et de Boulogne (1803-1805), chevalier de la Légion d’Honneur (1805), inspecteur aux revues (1811), employé à la Grande Armée (1812-1813), officier de la Légion d’Honneur et chevalier de Saint-Louis (1814), intendant de l’École militaire (1815), inspecteur aux revues de la cavalerie de la garde royale (1816), baron (12 février 1817), et autorisé à porter le nom de Berger de Castellan, intendant militaire (15 septembre), chef de la garde royale, commandant de la Légion d’Honneur (1820), admis à la retraite avec le grade de lieutenant-général (1830), il mourut à Vaux, Seine-et-Oise le 1er janvier 1855.

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4685
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 45
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Laurent le Mer 12 Oct - 11:28

Buissard Claude, originaire de Vincennes, enrôlé à 20 ans dans le 6ème bataillon de Paris, 7 septembre 1792, il passe au 10ème régiment de hussards le 4 avril 1793, mais disparaît des contrôles établis en janvier 1794.

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4685
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 45
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Jérôme C. le Jeu 13 Oct - 6:49

Marc Morillon a écrit:Bonjour

Le lien inclus au début de ce post ne fonctionne plus.
Comment peut on avoir accès au document?
Merci
Marc

salut Marc

voici le lien vers le dictionnaire

http://assosehri.fr/dictionnairesdes/index.html

_________________
Par définition un historien se doit d'éclairer certaines zones d'ombres du passé. Ayant de droit accès à toutes les archives ouvertes, il s'appuie sur ses recherches pour délivrer ses résultats, quitte à briser quelques clichés.

Président de la S.E.H.R.I.
avatar
Jérôme C.
Admin

Messages : 5836
Date d'inscription : 03/05/2010
Age : 46
Localisation : Ain / Vaucluse

Voir le profil de l'utilisateur http://sehriasso.chez.com/topic/index-en.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Jérôme C. le Jeu 13 Oct - 7:11

rajoutés allezsehri

_________________
Par définition un historien se doit d'éclairer certaines zones d'ombres du passé. Ayant de droit accès à toutes les archives ouvertes, il s'appuie sur ses recherches pour délivrer ses résultats, quitte à briser quelques clichés.

Président de la S.E.H.R.I.
avatar
Jérôme C.
Admin

Messages : 5836
Date d'inscription : 03/05/2010
Age : 46
Localisation : Ain / Vaucluse

Voir le profil de l'utilisateur http://sehriasso.chez.com/topic/index-en.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Laurent le Jeu 13 Oct - 9:41

Merci de l'info Jérôme, j'ai aussi posé de nouveaux noms dans les posts concernant les prisonniers de guerre en Russie, les soldats du département de l'Ain.

Voici un autre hussard, mais que tu as certainement déjà :

Franceschi Jean-Baptiste ou Francesqui dit Franchesci-Delonne, originaire de Lyon, sculpeur qui avait concouru au prix de Rome sans l’obtenir. Il s’enrôla comme sous-lieutenant à la compagnie de la section des Arts, alors âgé de 25 ans (6 septembre 1792), versé au 9e bataillon de Paris dit de l'Arsenal (23 septembre), sous-lieutenant, blessé à la bataille de Kaiserslautern (28 novembre 1793). Blessé à nouveau à la bataille de Lembach (17 décembre). Second lieutenant d’artillerie à la 149e demi-brigade de bataille (22 mars 1794), adjoint à l’Etat-major de l’artillerie de l’armée de Moselle, puis de l’armée de Sambre et Meuse, rang de sous-lieutenant dans les troupes à cheval et aide de camp du général Debelle, blessé à Friedberg. Il se distingua à Ukerath et dans la retraite de l’armée sur Dusseldorf (1796), à nouveau lieutenant (février 1797), capitaine, nommé par le général Hoche sur le champ de bataille de Neuwied (18 avril), aide de camp du général Soult (1799), il se distingua lors d’une reconnaissance à Alznach (29 août), et dans deux affaires durant la campagne d’Helvétie (25 septembre et 9 octobre), fut nommé chef d’escadron sur le champ de bataille par le général en chef Masséna (passage de la Linth, 13 octobre). Il se trouve enfermé dans la place de Gênes durant le mémorable siège, les vivres manquants et la situation étant affreuse pour la troupe qui mourrait de faim, Franceschi fut choisi pour s’échapper et porter au Premier Consul, la nouvelle de leur situation désespérée. Parti dans une embarcation avec six rameurs, après une traversée périlleuse de 14 heures, il réussit à forcer le blocus de l’ennemi mais dut se jeter à la mer et aborder à la nage la rive de Pietra, d’où il gagna Paris (26 mai 1800). A l’armée de réserve, le Premier Consul voulut faire parvenir des dépêches au général Masséna, le chargea de retourner à Gênes, ce qu’il tenta de faire en se rendant à Antibes, forçant quelques hommes à le conduire en canot dans la place ayant avec lui deux grenadiers et quinze jours de vivre. Après une croisière de cinq jours et quatre nuits, ayant touché l’île de Capraia, il parvînt à retourner dans Gênes malgré le feu des canonnières anglaises et des bâtiments qui tentèrent de le stopper. Il fut nommé chef d’escadron au 4e de hussard (1801), aide de camp du général Soult (1802), colonel (1803), colonel  du 8e hussards (1805). Il se distingua à Austerlitz et fut nommé au grade de général de brigade (24 décembre). Il fut employé à l’armée de Naples (1806), aide de camp du roi Joseph, il fit une campagne vigoureuse en Calabre (1807), passa avec Joseph en Espagne (1808), général de division et premier aide de camp du roi d’Espagne, il commanda la division de cavalerie du 2e corps de l’armée dans la péninsule. En une seule charge, il culbuta le général espagnol La Romana dont les troupes formaient la gauche de l’armée espagnole (1809), fait prisonnier de guerre, il mourut de mauvais traitements et de misère dans les  prisons de Carthagène, le 23 octobre 1810. Il avait été fait baron de l’Empire, commandant de la Légion d’Honneur et chevalier de la Couronne de Fer.


La source est Chassin et Hennet, Les volontaires nationaux pendant la Révolution, tome II, pages 75 et 76.


Dernière édition par Laurent le Jeu 13 Oct - 16:53, édité 1 fois

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4685
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 45
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Laurent le Jeu 13 Oct - 11:15

Gaillard Félix-Joseph-Innocent dit Saint-Elme, originaire de Paris, fils de l’entrepreneur du théâtre de la République, fusilier et par la suite sous-lieutenant dans la Garde nationale parisienne (1789-1792), enrôlé à Paris, à 20 ans à la compagnie de la section des Arts (6 septembre 1792), versé au 9e bataillon de Paris dit de l'Arsenal (23 septembre), passé comme sous-lieutenant dans les hussards de la légion de Kellermann, qu’il suivit comme aide de camp à l’armée des Alpes, lieutenant au 14e chasseurs à cheval (9 mai 1793), capitaine détaché à l’État-major de l’armée révolutionnaire, aide de camp du général Ronsin (13 octobre), adjoint aux adjudants généraux de l’armée de Moselle, puis aide de camp du général Ernouf (1794), aide de camp du général Hatry (1796), réformé (1797), capitaine de gendarmerie au département de Rhin-et-Moselle (1799), aide de camp du général Verdière (1802), adjoint à la réserve de cavalerie de la Grande Armée et chevalier de la Légion d’Honneur (1807), attaché à l’État-major particulier du maréchal Berthier, fait chevalier de l’Empire avec dotation (1809), envoyé en Espagne (1811), chef de bataillon (1813), en demi-solde (1814), employé pendant les Cent-Jours à l’armée du Nord (1815), il avait été blessé à Henry-Chapelle, à la bataille d’Eylau (8 février 1807) et en Espagne. Retraité (1822), il mourut le 7 avril 1840.


Dernière édition par Laurent le Jeu 13 Oct - 16:53, édité 1 fois

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4685
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 45
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Laurent le Jeu 13 Oct - 11:31

Léger Jean-Mathieu, originaire de Paris, peintre et élève de David, enrôlé à 18 ans comme volontaire (6 septembre 1792), versé au 9e bataillon de Paris dit de l'Arsenal (23 septembre), passé à la 2e compagnie d’artillerie de la Halle aux blés (11 mars 1793), adjoint à l’adjudant général Godet, à l’armée de Moselle (5 janvier 1794), sous-lieutenant au 8e régiment de hussards (1795), démissionnaire (1796).


Dernière édition par Laurent le Jeu 13 Oct - 16:54, édité 1 fois

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4685
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 45
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Laurent le Jeu 13 Oct - 11:42

Paillet Antoine-Léopold, originaire de Paris, volontaire à Paris, à 20 ans (3 septembre 1792), versé au 9e bataillon de Paris dit de l'Arsenal (23 septembre), retiré du service (30 novembre), capitaine au bataillon de réquisition de la Réunion, de Paris (1793), incorporé comme brigadier-fourrier au 17e chasseurs à cheval (2 janvier 1794), passé au licenciement de son corps au 8e régiment de hussards, comme simple hussard (mars), congédié en 1800. Il fournira un congé du bataillon de Paris, 9e bis, ou dit de l’Arsenal au moment de sa réforme définitive.

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4685
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 45
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Laurent le Lun 17 Oct - 11:40

Guerrin Charles-Marie-Louis-François, originaire de Paris, élève au dépôt des Gardes françaises, puis fusilier dans la Garde nationale parisienne entre 1790 et 1792, volontaire à 19 ans au 4ème bataillon de Paris (4 septembre 1792), caporal de grenadiers, sous-lieutenant au corps de éclaireurs devenu le 8ème régiment de hussards (4 mars 1793), lieutenant (27 juin), rayé des contrôles en 1796.

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4685
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 45
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Laurent le Sam 22 Oct - 7:01

Dehaies de Montigny Emmanuel-Ernest, né à Chandernagor en Inde, le 23 mars 1790. Enfant de troupe au 3ème régiment de hussards (12 avril 1802). Canonniers au 6ème régiment d’artillerie à cheval (Ile de France) (13 août 1803). Détaché à l’île Bourbon (3 août 1806). Employé dans cette colonie aux travaux défensifs de Saint-Denis et de Sainte-Rose (21 août 1809). Rentré en France (5 février 1810). Sous-lieutenant au 16ème d’infanterie (11 mai), lieutenant (14 octobre 1811), lieutenant aide de camp du général Gudin (13 mars 1812). Rentré au 16ème d’infanterie (1er février 1813), capitaine (27 juin), Passa au 58ème d’infanterie de ligne (1er septembre 1814). En non-activité (15 septembre 1815). Capitaine à la légion départementale de l’Aveyron (24 juillet 1816), passa au 5ème de ligne (4 décembre 1820). Passa au 1er régiment d’infanterie de la Garde royale (7 avril 1824). Chef de bataillon breveté (11 août 1830). Mis en solde de congé (23 août). Chef de bataillon au 25ème de ligne (31 octobre), lieutenant-colonel du régiment (31 décembre 1835). Colonel du 69ème de ligne (11 octobre 1840), mis en non-activité (24 mai 1848). Colonel du 20ème régiment d’infanterie légère (20 juin 1849), retraité (31 mars 1850). Campagne dans les Indes-Orientales entre 1803 et 1809, armée d’Espagne de 1810 à 1813, armée de Lyon en 1814, armée du Jura en 1815, armée d’Espagne en 1823, armée de Belgique en 1831 et 1832. Blessé d’un coup de feu à l’épaule gauche devant Lyon (13 mars 1814). Chevalier de la Légion d’Honneur (17 mars 1815), officier de l’Ordre (14 janvier 1833), commandeur de l’Ordre (8 octobre 1845) .

Source : Vassias Jules, Historique du 69ème d’infanterie, p. 358.

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4685
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 45
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Laurent le Mar 25 Oct - 11:47

Il est probable que tu es ce gaillard, Jérôme, je suis en train de passer toutes les fiches de mon travail de master, dictionnaire des volontaires du district de Pont-de-Vaux, pour les enrôlés dans la ligne, dans les fiches des unités, travail qu'idiotement, je n'avais jamais réalisé, alors au cas où tu n'aurais pas utilisé mon travail, je te passe sa fiche et certainement après celle d'autres gaillards, tu me diras :

Bernadet Antoine, de Bâgé-le-Châtel, fils aîné, frère de Joseph Bernadet lui aussi engagé volontaire et de Marie Bernardet, née vers 1764. S’enrôla volontaire le 2 mars 1792 au 3ème régiment de Hussards ci-devant Esterhazy-hussard pour une durée de quatre années. Taille de 5 pieds, 4 pouces et 3 lignes, cheveux et sourcils noirs, visage long, yeux noirs, nez bien tiré, visage long marqué de petite vérole. Il signa son acte d’engagement. Il figura en 1792, sur une liste des citoyens de la commune engagés dans les troupes de ligne. Sa sœur Marie, boiteuse, fut signalée le 6 avril 1792, comme ayant droit aux secours des familles. Il fut signalé à cette occasion comme ayant servi avant son engagement pendant neuf années au 11ème régiment d’infanterie ci-devant Marine-infanterie. Sa présence au régiment n’était attestée à cette date par aucun certificat en possession de sa sœur. Il fut signalé sur une liste de la commune en date du 3 février 1793, comme présent à son corps.

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4685
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 45
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Laurent le Sam 29 Oct - 17:44

Blin Léopold-Henri, né le 21 janvier 1780 à Nancy dans la Meurthe. Soldat (25 prairial an 3) dans le 1er bataillon du 58ème régiment d'infanterie. Il fit campagne aux armées de Sambre et Meuse et de Rhin et Moselle. Blessé d'un coup de feu à la cuisse à l'affaire de Trèves en l’an 4. Il passa ensuite comme hussard dans le 8ème régiment (22 vendémiaire an VI). Il servit aux armées d’Helvétie et du Rhin de 1798 à 1801. Pendant la campagne de Hohenlinden, à l'affaire de Salzbourg, étant en tirailleur, il se trouva entouré par cinq hussards de Blanckenstein. Après avoir reçu plusieurs coups de sabre, il dut la vie au maréchal des logis Boduzot. Il fut nommé brigadier (3 pluviôse), brigadier-fourrier (15 prairial an IX), maréchal des logis (10 messidor an X) et maréchal des logis-chef (11 vendémiaires an XI). Il servit à l’armée des Côtes de l’Océan entre 1804 et 1805 et reçut la Légion d’Honneur (14 juin 1804). Il servit à la Grande Armée de 1805 à 1807. A la bataille d'Austerlitz, il fit prisonnier un colonel et accompagné d'un seul de ses camarades, enleva une pièce de canon aux Russes. Nommé adjudant sous-officier (1er janvier 1806), il se fit à nouveau remarquer le 12 février où à la tête de 25 hussards, traversant la ville de Gusstadt au milieu de 5 à 600 Russes et contribua puissamment à la prise de cette troupe et d'un convoi considérable qu'il intercepta. Promu sous-lieutenant (10 juin), il entra le premier dans Eylau (7 février 1807) à la tête de quelques hussards après avoir essuyé le feu de deux compagnies d'infanterie et fut blessé de deux coups de feu à la hanche et à la main. Malgré ses blessures, il ne quitta pas le champ de bataille et fit une centaine de prisonniers. Le 10 mai 1807, l'Empereur lui conféra le grade de lieutenant et celui d'adjudant-major (24 mai). Capitaine (24 novembre 1808), il fit la campagne d’Allemagne (1809) où il eut trois chevaux tués sous lui. En 1811, il était au corps d’observation de l’Elbe où il servit comme aide de camp du général de division Bourcier. Il fit la campagne de Russie dans cette fonction. Chef d'escadron en conservant ses fonctions d'aide de camp (6 juillet 1813), il fit la campagne de Saxe et de France dans le 3ème régiment de chasseurs à cheval. En août 1814, il passa avec son régiment dans celui des chasseurs à cheval du Dauphin. Il fut nommé officier de la Légion d'honneur (17 mars 1815). Chef d'escadron aux dragons du Rhône qui deviendra le 8ème régiment (3 janvier 1816). Chevalier de Saint-Louis (30 avril 1817) entra dans le 2ème régiment de grenadiers à cheval de la Garde royale (10 novembre 1819). Lieutenant-colonel aux cuirassiers de Condé (11 juillet 1821), il fit la campagne d’Espagne de 1823 et reçut à ce titre la croix de Chevalier de l’Ordre de Saint-Ferdinand (23 novembre). Appelé au commandement de l'École de cavalerie de Versailles (21 septembre 1824), il fut nommé colonel. Ses compétences le firent nommer par le ministre de la Guerre à la tête du bureau de cavalerie (10 décembre 1826). Après la Révolution de juillet fut nommé au commandement de la 23ème légion de Gendarmerie à Metz (14 septembre 1830). Président d'une commission établie à Lunéville en 1823 et à Pont-à-Mousson en 1830, pour la réception de 8 500 chevaux, il fut encore récompensé par la croix de commandeur de la Légion d'honneur (20 avril 1831). Admis à la retraite, le 26 mai 1840.

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4685
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 45
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Laurent le Dim 30 Oct - 19:00

Le Brun de Lahoussaye Armand, né à Paris en 1768, sous-lieutenant au 82ème régiment d’infanterie (1791), puis sous-lieutenant au 5ème régiment de dragons, capitaine à la légion de la Moselle, aide de camp du général Beurnonville (1792), chef d’escadron du 3ème régiment de hussards, qu’il mena à la bataille de Frœschwiller, colonel de ce régiment (1794), promu général de brigade (1er février 1804), puis de division (14 mai 1807), baron de l’Empire (22 novembre 1808). Il commanda une division de dragons en Russie composée des 7ème, 23ème, 28ème et 30ème régiments de dragons, généraux de brigade Seron et Thiry. Il fut fait prisonnier par les Russes (10 décembre 1812), rentra en France à la paix (1814), employé par Napoléon sous les Cent-jours et mis en non-activité par la suite (1815). Disponible (1818), retraité (1833), il mourut à Paris en 1846. Dans ses souvenirs de Gonneville dit : « qu’il était poltron et n’avait pas la réputation d’être franc » .

Sources, mémoires de Griois, tome 2

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4685
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 45
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Laurent le Mar 8 Nov - 12:44

Merlin Christophe-Antoine comte, frère du Conventionnel Merlin de Thionville et des généraux Antoine-François et Jean-Baptiste-Gabriel. Né à Thionville dans la Moselle, le 27 mai 1771. Sergent-major au 4ème bataillon de la Moselle (15 août 1791). Nommé Sous-lieutenant (7 décembre) au 105ème régiment d’infanterie. Lieutenant (mai 1792), il servit à l’armée du Nord, adjoint aux adjudants-généraux de l’armée du Midi (septembre), il passa capitaine dans la légion de la Moselle (octobre). Détaché à l’État-major (décembre), armée du Nord, il servit dans cette armée de 1793 à 1794. Aide de camp provisoire du général Favart, puis du général Bécourt, il fut nommé chef d’escadron (août 1793). Envoyé à l’armée des Pyrénées-Orientales, il servit comme chef d’Etat-major de la division de cavalerie Dugua (février 1794) et blessé d’un éclat d’obus à l’affaire d’Escola (20 novembre). Chef de brigade au 4ème régiment de hussards (25 janvier 1796), il servit à l’armée de Sambre-et-Meuse, division Daurier (février 1797). Blessé d’un coup de sabre au bras droit (22 avril), il servit ensuite à l’armée du Danube (1799), puis à l’armée du Rhin de 1800 à 1801. En garnison à Cambrai (septembre 1801), il servit à l’armée du Hanovre de 1803 à 1805. Nommé général de brigade (1er février 1805), il fut employé à l’armée de Naples et commanda la 2ème brigade de chasseurs à cheval de la division Espagne en Italie (septembre). Division Dombrowski puis Mermet (février 1806), il servit à Naples de 1806 à 1808. Commandant l’île d’Ischia, écuyer du roi Joseph, il commanda les provinces de Salerne et d’Avellino (juin 1807), puis la division des Abruzzes (septembre). Aide de camp du roi Joseph, il commanda son escorte de cavaliers lors de son entrée en Espagne (juillet 1808). Entra au service de ce pays, il fut fait général de division, puis capitaine général, s’empara de Bilbao (16 août), il servit sous Ney, mais il fut chassé de cette ville par les espagnols (12 octobre). Il servit sous Bessières, reprit ses fonctions d’aide de camp du roi Joseph (novembre). Commandant la division de cavalerie légère du 2ème corps d’armée d’Espagne (avril 1809), il servit à la bataille de Talavera (28 juillet), à celle d’Almonacid (11 août). Capitaine général des gardes du roi Joseph (août), il conserva le commandement de sa division et se distingua à la bataille d’Ocana (19 novembre). Il repassa au service de la France (janvier 1814), avec son grade et il fut envoyé au dépôt central de cavalerie de Versailles. Commandant des gardes nationales de Sens, Montereau et Fontainebleau, il commanda une division de cavalerie légère au 2ème corps de cavalerie. Il servit sous Marmont au combat de May-en-Multien (2 mars 1814), puis à la prise de Reims (12 et 13 mars), chassa les Cosaques de Vertus (22 mars), puis servit à la bataille de Paris (30 mars). Nommé inspecteur général de cavalerie, chevalier de Saint-Louis, il commanda aux Cents-jours la 8ème division de cavalerie au 5ème corps d’observation du Rhin sous Rapp (avril 1815). Il servit aux combats des 24 et 28 juin, puis il fut mis en non-activité. Inspecteur général de cavalerie (1816), puis en 1817, 1818 et 1820. Il fut mis en disponibilité (janvier 1821), en retraite (1824), avec une pension de 6 000 francs (1825). Chargé d’une inspection extraordinaire (août 1830), il fut à nouveau inspecteur général mais d’infanterie (1831), puis de cavalerie en 1832 et 1834. Membre du comité de l’infanterie et de la cavalerie (septembre), nommé Grand’Officier de la Légion d’honneur (1834). Admis dans le cadre de la vétérance (1836) et en non-activité la même année, il mourut à Paris, le 9 mars 1839 .

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4685
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 45
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Laurent le Ven 18 Nov - 20:56

Rigau Antoine baron, né à Agen le 14 mai 1758, dans le Lot-et-Garonne. Soldat dans le régiment Sarre-Infanterie de 1779 à 1787 . Passa en Belgique où il devint capitaine dans la cavalerie insurrectionnelle belge (compagnie belge). Après l’échec de la révolte, il revint en France et servit comme capitaine dans une compagnie franche de cavalerie (1792). Il servit à l’armée du Nord de 1792 à 1793 et il fut incorporé au 10ème régiment de hussard. Il reçut un coup de sabre à la bataille de Jemappes (6 novembre), il fut blessé à la prise de Mons d’un coup de sabre au bras droit et d’un coup de feu à la cuisse (7 novembre). Confirmé capitaine au 10ème régiment de hussards (mars), il fut nommé chef d’escadron (17 septembre 1793). Il servit au combat du 24 avril 1794 et refusa le grade de général de brigade. Blessé au combat de Roulers (11 mai), d’un coup de feu qui lui fracassa la mâchoire et lui mutila la langue au point qu’il ne pouvait plus parler que par un procédé artificiel. Nommé chef de brigade à la suite du régiment en l’an IV (16 août 1796). Il fut président du 1er Conseil de Guerre de la 24ème division militaire (16 novembre 1798). Il servit en Italie (1799), notamment à l’affaire de la Stura et à Pignerol (31 octobre, 1er novembre). Employé à l’armée de Réserve (18 mars 1800), commandant le Quartier-général de l’armée de Réserve à Dijon, il servit à Marengo (14 juin) et commanda provisoirement le 8ème régiment de dragons (10 octobre). Il servit sous Davout à Pozzolo (25 décembre) et rentra en France. Il passa chef de brigade du 16ème régiment de cavalerie (décembre 1801), par la suite devenu 25ème régiment de dragons. Chevalier de la Légion d’honneur (1803), officier de l’Ordre (1804), commandeur (1805). Il resta en garnison à Châlons avec le régiment de 1801 à 1803, puis à l’armée des Côtes de l’Océan de 1803 à 1805. Employé à la 4ème division de dragons Bourcier, réserve de cavalerie de la Grande Armée, il servit en Autriche, Prusse et Pologne. A la 4ème division Sahuc (juin 1806), division Becker (novembre), nommé général de brigade (12 janvier 1807). Il eut le bras et l’avant-bras traversé par une balle à la bataille d’Ostrolenka (16 février). Commandant à Marienburg (1er mai), employé à Berlin, il fut mis en disponibilité (août). Il commanda une brigade de grosse cavalerie destinée à l’armée d’Espagne (novembre), division Fresia sous Dupont au 2ème corps d’observation de la Gironde (décembre). Doté de 10 000 francs en Westphalie, baron de l’Empire (1809), il commanda le dépôt de cavalerie de Pau. Employé dans la 26ème division militaire, il commanda le département de la Sarre (1810), puis la 54ème colonne de marche de l’armée d’Allemagne à Mayence (août 1813). Il évacua Cassel (28 octobre), se retira sur Düsseldorf et rentra en France (10 novembre). Servit à la division Roussel d’Hurbal, à l’armée de Champagne, à Arcis-sur-Aube (20 mars), puis commanda le département de la Marne (27 juin). Chevalier de Saint-Louis (1814), il accueillit et abrita Lefebvre-Desnouettes alors fugitif (mars 1815) et se déclara pour Napoléon à Châlons-sur-Marne (20 mars). Il entraîna avec lui sur Epernay le 12ème régiment de ligne et le 5ème régiment de hussards, malgré les efforts du maréchal Victor. Il prit possession du département de la Marne au nom de l’Empereur et donna l’ordre d’arrêter le maréchal qui put s’enfuir à Gand. Il essaya de défendre Châlons-sur-Marne avec seulement 150 hommes (2 juillet) et fut chassé par les Russes puis fait prisonnier. Emmené en captivité hors de France, il fut rayé des cadres et proscrit par l’ordonnance du 24 juillet 1815. Il fut condamné à mort par contumace pour délit politique par le 2ème Conseil de Guerre de la 1ère division militaire le 16 mai 1816. Libéré par les coalisés, il se réfugia à Gand puis passa en Amérique en 1817. Il s’installa au Champ d’Asile au Texas et fut inscrit après sa mort sur le testament de Napoléon. Il mourut en exil, le 4 septembre 1820 à la Nouvelle-Orléans.

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4685
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 45
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Laurent le Ven 25 Nov - 6:40

Canavas de Saint-Amand, né en 1775 à Montargis, sous-lieutenant au 7ème régiment de dragons (1791), capitaine (1796), chef d’escadron au 13ème régiment de chasseurs à cheval (1808), il passa au 2ème régiment de chasseurs à cheval puis au 12ème régiment de hussards et aux dragons de la Garde (1813). Colonel du 5ème provisoire de dragons (17 janvier 1814), colonel du 25ème régiment de dragons (31 janvier), il passa au 5ème régiment de dragons (15 mars). Mis en non-activité en 1815, colonel du 4ème régiment de chasseurs (1830), maréchal de camp (1833), au cadre de la réserve (1839), il mourut en 1847 .

Source : De Bourquerey, historique du 25e régiment de dragons, p. 241

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4685
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 45
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Laurent le Ven 25 Nov - 6:50

Christophe Nicolas-François baron, né le 23 septembre 1770 à Nancy, frère du général Jean-François Christophe. Sous-lieutenant au 2ème régiment de hussards en qualité de fils de citoyen actif du 24 juillet au 20 août 1792. Il passa capitaine au 1er régiment de hussards (1er mars 1793), servant alors à l’armée de Moselle, puis aux armées du Nord, du Rhin, d’Helvétie de 1793 à 1799. Chef d’escadron à la suite du 7ème régiment de dragons (26 octobre 1799), il servit aux armées d’Italie et de Naples de 1799 à 1803. Major au 24ème régiment de chasseurs à cheval (29 octobre 1803). Il servit aux armées d’Italie et de Dalmatie entre 1805 et 1806, colonel à la suite du 24ème régiment de chasseurs à cheval (2 février 1807), colonel du 25ème régiment de chasseurs à cheval (22 mars). Division Sahuc à l’armée d’Italie (1809), baron de l’Empire (1810), division Chastel en Russie (1812), officier de la Légion d’honneur (22 août), blessé d’un coup de biscaïen qui lui traversa la cuisse gauche à la Moskova (7 septembre). Rentra au dépôt de son régiment (6 février 1813) et fut nommé général de Brigade (25 mars). Admis à la retraite (10 juillet), mais remis en activité (janvier 1814), membre du Conseil d’administration du dépôt général de cavalerie de Versailles, chevalier de Saint-Louis (20 août), il fut mis en non-activité (septembre) puis à nouveau en retraite (mars 1816). Il mourut à Versailles, le 14 août 1839.

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4685
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 45
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Laurent le Mer 30 Nov - 13:20

Galbois Nicolas-Marie-Mathurin de, né le 17 mai 1778, à Rennes, Ille-et-Vilaine. Maréchal des logis chef au régiment des chasseurs à cheval de Lamoureux (19 fructidor an VI), adjudant sous-officier (1er germinal an VIII), sous-lieutenant (15 germinal), incorporé au 8e régiment de hussards (15 germinal an IX), lieutenant (15 messidor an XII), passé à l’Etat-major du prince de Neufchâtel (28 mars 1808), capitaine (30 mars 1809), chef d’escadron (27 juin 1811), colonel du 6e régiment de chevau-légers (23 février 1813), retourna auprès du prince de Neufchâtel (1er mai), colonel du 12e de hussards (5 avril 1814), colonel du 6e de lanciers (14 septembre), chevalier de la Légion d’honneur (13 avril 1809), officier de l’ordre (12 août 1812), baron de l’Empire (5 novembre 1813), chevalier de Saint-Louis (29 juillet 1814), commandeur de la Légion d’honneur (15 décembre 1814), grade confirmé par Napoléon (7 avril 1815). Expédition d’Irlande, armée d’Angleterre (an VI à XII), embarqué sur l’escadre de Brest (an XIII), campagne d’Allemagne (1805), campagne de Pologne (1806-1807), d’Espagne (1808), d’Allemagne (1809), à nouveau en Espagne (1810-1811), de Russie (1812), de Saxe (1813), de France (1814), en France (1815). Blessé d’un coup de baïonnette à Badajoz où il fut fait prisonnier (31 mai 1808), , à Benicarlos en Espagne où il commandait une colonne de 100 hussards, il chargea un parti de cavalerie de 300 ennemis, tua 25 hommes et en fit prisonniers 42 dont un officier (extrait du Moniteur, 23 octobre 1813), blessé d’un coup de lance au pied (3 décembre 1812), se distingua à Molodeschno en Russie, blessé d’un coup de feu à Ostrowno près de Vitebsk (26 juillet 1812), blessé d’une balle à la poitrine à l’affaire de Fleurus (16 juin 1815). Retiré après 1815 dans ses foyers, à Triel, Seine-et-Oise et en disponibilité .

Source F. Cuel, historique du 18e régiment de dragons, pages 170 et 171.

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4685
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 45
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum