SEHRI : de 1789 à 1815 - association loi 1901
Bonjour
N'oubliez pas de vous inscrire et de vous présenter pour profiter pleinement du forum.
cordialement

le dictionnaire des hussards français

Page 4 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Laurent le Jeu 9 Fév - 8:57

Soulage François, hussard (sans indication d'unité), condamné à mort comme émigré par la Comission militaire séant à Bruxelles, le 24 août 1794.

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4782
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 46
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Laurent le Dim 12 Fév - 9:22

Ermens Mathieu, originaire de Louvain, ancien dragon du régiment d’Arberg (Autriche), servit dans l’armée des patriotes lors de la Révolution brabançonne, capitaine au 2e régiment de chasseurs belges (25 novembre 1792), puis au 17e régiment de chasseurs à cheval français (1793), quitta le régiment (5 juin 1795), pour entrer dans le 8e régiment de hussards (1er août), commandant l’île de Cadzand (21 mars 1797-22 mars 1799), adjoint à l’état-major de Frantzen dans l’armée gallo-batave (1800).

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4782
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 46
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Laurent le Dim 12 Fév - 9:26

Smeeters Jacques, né le 15 septembre 1757, à Louvain, servit dans les troupes belges au service de la France (1792), lieutenant au 17e régiment de chasseurs à cheval, passa au 9e régiment de hussards (6 avril 1794), adjoint à l’état-major de l’adjudant-général Frantzen (9 décembre), blessé d’un coup de feu dans les reins à la bataille de Saalfeld (16 octobre 1806), retraité avec la grade de capitaine (1807), il reprit du service à son grade dans la 76e cohorte (9 août 1812), passa au 146e régiment de ligne, aide de camp du général Jacquemart, chef de bataillon. Il était aussi chevalier de la Légion d’honneur.

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4782
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 46
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Laurent le Dim 12 Fév - 14:04

Deshayes François-Joseph, né à Blaton en 1767, Belgique, s’enrôla dans le 9e régiment de hussards (15 décembre 1792), s’illustra dans de nombreuses actions pendant les campagnes de la Révolution, sous-lieutenant et sabre d’honneur (1803), chevalier de la Légion d’honneur).

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4782
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 46
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Laurent le Ven 17 Fév - 11:43

Becker du Bagert Léonard-Nicolas comte, né à Obernheim en Alsace, le 13 janvier 1770, entra au service comme soldat au régiment de dragons ci-devant de Languedoc (1786), brigadier (10 février 1790), maréchal des logis (20 décembre 1792), il servit à la prise de Courtrai, puis à la bataille de Valmy où il fut blessé (20 septembre), s’illustra aux combats de Quiévrain, puis de Bossu (2 novembre), à la bataille de Jemappes (6 novembre), à la prise de Menin (8 novembre), à Neerwinden (18 mars 1793), à la défense de Pont-à-Marque (19 mars), sous-lieutenant au 6e régiment de hussards (20 avril), aide de camp du général Bonnaire (9 avril 1794), blessé d’un coup de feu à la jambe devant Lille, il servit au déblocus de Maubeuge, bataille de Wattignies, puis fut envoyé en Vendée, servant à la défense de Nantes puis à la bataille du Mans, chef de bataillon (18 janvier 1795), chef de brigade (13 juin), demanda à être envoyé sur les frontières, fut envoyé à l’armée de Hollande, servit à la bataille de Salzbach (17 août 1796), commandant d’un bataillon de la 83e demi-brigade de ligne, envoyé à Utrecht en Frise pour rétablir l’ordre face aux agitations orangistes locales, chef d’état-major de l’expédition de Saint-Domingue menée par le général Hédouville (1798), rentra en France, employé à l’armée d’Italie (1799), commandant d’une brigade de la division Serrurier, sa brigade fut taillée en pièce par les Russes, il eut deux chevaux tués sous lui et blessé grièvement d’une balle dans le bas-ventre, laissé pour mort, il fut relevé par les hommes du général autrichien Zopf et emmené en captivité. Il resta convalescent six mois puis fut renvoyé en France, général de brigade (2 janvier 1801), attaché à l’armée du Rhin, il assura divers commandements dans les 2e, 5e et 19e divisions militaires (1802-1804), commandant de la Légion d’honneur (14 juin 1804), servit à la division Suchet (1805) et fit la campagne à la Grande Armée, servant notamment à Austerlitz (2 décembre), puis durant la campagne de Prusse, combat de Zedenick et Vigneendorf (26 et 27 octobre 1806), combat d’Anklam à la poursuite des forces prussiennes, il fit prisonniers un corps de 4 000 Prussiens (31 octobre), servit durant la campagne de Pologne, combats de Nasielk et Pultusk (24 et 26 décembre), chef d’état-major du maréchal Masséna, il fit la campagne d’Allemagne, bataille d’Essling (22 mai 1809), chevalier de la Couronne de Fer et grand officier de la Légion d’honneur (31 mai), fut chargé ensuite de surveiller la conscription puis se retira du service en Auvergne, dans sa propriété de Mons. Il proposa ses services lors de l’invasion de 1814, mais resta sans emploi, chevalier de Saint-Louis (19 juin) nommé député à la chambre des représentants du collège électoral du Puy-de-Dôme (mai 1815), chargé par le gouvernement d’accompagner Napoléon dans l’Ouest, jusqu’à Rochefort, où il se livra aux Anglais et montra à bord du vaisseau britannique Bellérophon. Encore élu député pour le Puy-de-Dôme (octobre 1816), lieutenant-général (6 mai 1818), pair de France (5 mars 1819). Il était aussi grand-croix de l’ordre du mérite militaire de Maximilien-Joseph de Bavière.

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4782
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 46
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Laurent le Dim 19 Fév - 12:17

Boudin de Roville, né à Avallon dans l’Yonne, le 21 décembre 1772, entra au service comme chasseur à cheval dans le 14e régiment (21 avril 1794), sous-lieutenant au 9e régiment de hussards (31 juillet 1796), aide de camp du général de division Gillot, lieutenant (31 juillet 1797), capitaine (1er février 1799), passa dans l’état-major du maréchal Soult, 4e corps d’armée (22 octobre 1805), aide de camp du général de division Saint-Hilaire (23 novembre 1806), chef de bataillon, premier aide du camp de Saint-Hilaire (23 octobre 1808), major au 2e régiment d’infanterie de ligne (10 juin 1809), colonel commandant le 144e de ligne (16 janvier 1813), commandant de la Légion d’honneur (10 août), général de brigade (25 décembre), blessé d’un coup de feu aux reins à la bataille de Montmirail (11 février 1814), chevalier de la Couronne de Fer (25 février 1814), commandant d’Etat-major à la 1ère division militaire (7 avril), commandant du département de l’Yonne, suspendu de ses fonctions (21 mars 1815), seconde le général Vedel pour l’organisation des gardes nationales de la 14e division militaire, de nouveau à la tête du département de l’Yonne (15 novembre), fait baron par Louis XVIII (1817), commandant de la 2e subdivision militaire de la 18e division militaire (12 novembre), puis commandant de la 1ère subdivision de la 4e division militaire (20 mai 1818), puis de la 1ère subdivision militaire de la 18e division militaire (30 décembre), à nouveau de la 2e subdivision (12 janvier 1819), puis de la 4e subdivision (21 avril 1820), commandeur de Saint-Louis (1er mai 1821), grand officier de la Légion d’honneur (23 mai 1825), mis en disponibilité à l’avènement de Louis-Philippe Ier (1830), commandant le département de la Haute-Vienne (28 décembre 1831), en retraite avec pension de 4 000 francs (1er janvier 1835), il mourut à Plombières-les-Bains, dans les Vosges, le 11 août 1838, son corps fut transporté vers 1890 à Auxerre, cimetière de Saint-Amatre.

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4782
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 46
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Laurent le Mer 22 Fév - 11:51

Bro, né le 17 août 1781, à Paris, entra au service dans la garde du général Leclerc, commandant l'armée de Saint-Domingue, au grade de brigadier (9 février 1801), sous-lieutenant provisoire (30 juillet), lieutenant provisoire (21 octobre 1803), blessé grièvement dans l'île au sein droit et en haut du bras droit, confirmé dans son grade (18 octobre 1804) après avoir été fait prisonnier par les Anglais et libéré, aide de camp du maréchal Augereau, passa au 7e régiment de hussards, capitaine (12 janvier 1807), blessé d'un coup de sabre à la bataille de Wagram (6 juillet 1809), aide de camp du général Colbert (23 septembre), capitaine aux chasseurs à cheval de la garde impériale (6 décembre 1811), passa major en second dans la cavalerie légère (26 juin 1813), attaché à la brigade des escadrons réunis des 2e et 5e corps d'armée (11 mars 1814), adjudant-commandant et chef d'état-major du général de division Colbert (5 avril), mis en non-activité (1er septembre), chef d'état-major de la 3e division de cavalerie, 2e corps d'observation (7 avril 1815), colonel du 4e régiment de lanciers (21 avril), blessé de deux coups de sabre à la bataille de Waterloo (18 juin), mis en non-activité (22 juillet 1816), colonel du 1er régiment de lanciers (8 août 1830), maréchal de camp (11 octobre 1832), lieutenant-général (28 juillet 1844), il mourut à Armentières, le 8 décembre 1844.

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4782
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 46
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Laurent le Dim 26 Fév - 6:10

Galz de Malvirade Léonard-Jacques-Stanislas baron de, né le 7 septembre 1786, à Fougerolles, dans le Lot-et-Garonne, élève à l'Ecole militaire spéciale (15 décembre 1813), page de l'Empereur (2 avril 1804), premier page (27 août), il servit à l'armée des Côtes de l'Océan (1804-1805), puis à la Grande Armée (1805-1807), lieutenant de cavalerie (6 février 1806), entra au 12e régiment de chasseurs à cheval (9 mars), adjoint à l'état-major général (26 mars 1807), il servit en Espagne (1808), adjoint à l'état major de l'armée d'Espagne (23 novembre), passa à l'armée d'Allemagne (3 mars 1809), capitaine (24 juillet), mis à la suite du 12e régiment de chasseurs à cheval (27 août), puis entra à son grade en pied au 7e régiment de chasseurs à cheval (20 octobre), officier d'ordonnance de l'Empereur (3 juillet 1811), il fit la campagne de Russie (1812), chevalier de la Légion d'honneur (3 octobre), chef d'escadron (26 janvier 1813), passa au 14e régiment de hussards (8 février), il fit la campagne de Saxe, prisonnier de guerre (15 novembre), rentra de captivité (6 mai 1814), passa au 3e régiment de hussards (19 juin), officier de la Légion d'honneur (10 septembre), mis en non-activité (26 février 1815), il fit la campagne au corps d'observation du Jura (Cent-Jours), passa aux dragons de la Loire (18 avril 1816), chevalier de Saint-Louis (25 août 1819), lieutenant-colonel aux hussards du Bas-Rhin (10 novembre), il fit la campagne d'Espagne (1823), chevalier de 2e classe de l'Ordre de Saint-Ferdinand (23 novembre), passa au 1er régiment de grenadiers à cheval de la garde royale (23 mai 1825), fait baron (1826), colonel du 6e régiment de cuirassiers de Condé (27 décembre 1829), mis en solde de congé (11 septembre 1830), mais replacé comme colonel du 10e régiment de dragons (21 décembre), il fit la campagne à l'armée du Nord (1831, insurrection des Belges), commandeur de la Légion d'honneur (19 juin), maréchal de camp (11 novembre 1837), il mourut à Agen, le 2 mars 1847.




Source, Ollone, historique du 10e régiment de dragons, pages 392 et 539

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4782
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 46
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Laurent le Jeu 25 Jan - 19:44

Igouf, né vers 1778, « âgé de 17 ans, à 14 ans il avoit déjà reçu plusieurs blessures en combattant pour la liberté, étant au 2e bataillon de la Manche, il eut un bras cassé à la retraite de Saint-Tron. Passé au 8e régiment de hussards, il eut, dans la Vendée, un cheval tué sous lui et fut couvert de blessures à l’armée de Moselle, il perdit encore un cheval et fut criblé de coups de baïonnettes », il fut nommé sous-lieutenant au 10 régiment de chasseurs à cheval.

Décret de la Convention nationale, séance du 18 germinal an 3, bulletin numéro 914

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4782
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 46
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Laurent le Ven 26 Jan - 15:34

Labauche, hussard au 2e régiment de hussards, il fut nommé sous-lieutenant dans le régiment.

Décret de la Convention nationale, séance du 18 germinal an 3, bulletin numéro 914

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4782
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 46
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Laurent le Ven 26 Jan - 15:37

Lebrun, hussard dans le 3e régiment de hussards, il fut nommé sous-lieutenant dans le régiment.

Décret de la Convention nationale, séance du 18 germinal an 3, bulletin numéro 914


Dernière édition par Laurent le Jeu 15 Fév - 18:37, édité 1 fois

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4782
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 46
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re : François Chambon

Message  artemus le Ven 26 Jan - 17:06

Le 28 septembre 1793, des soldats commandés par François Chambon, capitaine du 7e régiment de hussards (c'est Rossignol qui l'écrit), partis de Saumur pour « éclairer Brissac », tentent de rejoindre Erigné (et les Ponts-de-Cé), mais les soldats républicains (probablement des 6e et 8e bataillons de volontaires parisiens, peut-être des bataillons de Jemmapes ou des volontaires de la Sarthe échaudés par ce qui s'était passé le 26 juillet) postés là sur la butte les prennent pour des rebelles déguisés et leur interdisent le passage... Les hussards font demi-tour et mettent alors le feu à Soulaines, sans qu’on sache s’il y a eu des morts. C’est la deuxième fois que ce bourg est incendié.

Chambon « voit tous les jours l’ennemi, lui seul éclaire le pays. » (SHD ; B 5/6-53.)

Avec 70 hussards, c’est le premier à rentrer à Saumur après le départ des vendéens fin juin 1793. Une centaine de hussards avaient pris et incendié sous son commandement le 6 septembre le château de Grenouillon, paroisse des Moutiers, appartenant au chevalier Jaudonnet de Laugrenière, chef vendéen exécuté après Savenay.
avatar
artemus
disputatio

Messages : 57
Date d'inscription : 18/02/2016
Age : 49
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Laurent le Jeu 1 Fév - 17:16

Chastel, Antoine originaire d’une riche famille de Veigy, en Savoie, frère de Michel qui servit à la Légion des Allobroges et Légion de la Montagne, fille des sociétés populaires, et d’Aimé-Pierre, également aux Allobroges et qui fut général de division et fit une longue carrière sous l’Empire jusqu’à Waterloo. Antoine fut officier dans un régiment de hussards, il fut mortellement blessé durant la campagne contre les Espagnols (1794), et mourut de ses blessures à Toulouse.

sources, André Folliet, Les volontaires de la Savoie, 1792-1799, 1887, page 59.

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4782
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 46
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Laurent le Lun 12 Fév - 12:27

Marron Jean-François, né le 15 janvier 1776, à Billy-sous-Mangiennes, dans la Meuse, taille d’1 m 76. Il entra au service dans le 2e régiment de hussards (26 février 1794), il servit à l’armée du Nord, de Sambre et Meuse et du Rhin (1794-1800), gendarme à cheval dans la compagnie de la Meuse (29 novembre 1800), brigadier de la compagnie des forêts (11 décembre 1804), incorporé dans la 34e légion de gendarmerie (11 avril 1811), maréchal des logis (1er septembre), il fut envoyé en Allemagne, servant à la défense d’Hambourg (1813-1814). Il repassa dans la compagnie de la Meuse (21 août 1814), congédié par le jury, sans doute à cause de ses opinions en faveur de l’Empereur (1816), il reprit du service à la Révolution de 1830, commandant provisoire de la lieutenance de Verdun (14 septembre), maréchal des logis commandant la brigade de Damvillers (15 novembre), lieutenant à la compagnie des Vosges (17 mars 1831), chevalier de la Légion d’honneur (16 juin), il mourut le 6 mai 1837.

Source Base leonore

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4782
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 46
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Laurent le Mer 14 Fév - 17:31

J'ai pu déterminer le régiment d'Antoine Chastel, sa fiche augmentée :

Chastel Antoine, né à Veigy en Savoie, alors dans le royaume de Piémont-Sardaigne, originaire d’une riche famille de Veigy, en Savoie, frère de Michel qui servit à la Légion des Allobroges et Légion de la Montagne, fille des sociétés populaires, et d’Aimé-Pierre, également aux Allobroges et qui fut général de division et fit une longue carrière sous l’Empire jusqu’à Waterloo. Il fit le séminaire et « était déjà reçu prêtre », mais il s’enrôla dans le 1er régiment de hussards, maréchal des logis, il fut mortellement blessé durant la campagne contre les Espagnols (1794), et mourut de ses blessures à Toulouse (ou peut-être Montpellier).

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4782
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 46
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Laurent le Mer 14 Fév - 18:02

Berlioz Henri-Joseph, né en 1758, au Pont-de-Beauvoisin, Isère, fils de Joseph négociant et directeur des messageries, et de Thérèse Dufraisne, ayant pour parrain Henri-Joseph Dufraisne avocat à la cour, et comme marraine Françoise Durozier-Turin. Il servit le royaume de Piémont-Sardaigne, garde du corps du roi à Turin (1789), il préféra rentrer en France (1er juin 1793), et entra au service comme inspecteur de cavalerie à l’armée des Pyrénées-Orientales (7 août). Il fut blessé d’un coup de feu sous le fort de Saint-Elme (bataille perdue entraînant la perte de Port-Vendres), nommé capitaine, puis aide de camp du général Frégéville (1796), chef d’escadron au 2e régiment de hussards (1799), il se distingua au passage du Mincio (5 nivôse an IX), armée d’Italie. Major dans un régiment de cavalerie (1802), plus tard de cuirassiers (1803), chevalier de la Légion d’honneur (25 mars 1804), il obtînt sa retraite (1810), fournissant un certificat de vie, à la Chancellerie de la Légion d’honneur (6 janvier 1840), domicilié à Vaucouleurs, dans la Meuse. Il mourut à Chambéry, le 17 septembre 1840. Il laissait deux filles, Élise Berlioz veuve d’Auguste Gajon, propriétaire, demeurant à Chambéry en Savoie, et Coralie Berlioz épouse de Jean Fleury-Lacoste, propriétaire demeurant également à Chambéry.

Source, André Folliet, Les volontaires de Savoie, 1792-1799, 1887, p. 354.

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4782
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 46
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Laurent le Jeu 15 Fév - 6:28

Declinant Claude, né à Thonon, en 1736, Savoie, alors partie du royaume de Piémont-Sardaigne. Il servait au 2e régiment de hussards, ci-devant de Chamborant (1792), grade de sous-lieutenant, ayant déjà six campagnes, quatre blessures, trois de sabre et une par baïonnette.

Source : André Folliet, Les volontaires de Savoie, 1792-1799, p. 355.

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4782
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 46
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Laurent le Jeu 15 Fév - 16:49

Pouzail Antoine, originaire du département du Léman, sous-lieutenant au 2e régiment de hussards, figurant sur un état des officiers ayant obtenu retraite et congé pour blessures (1811).

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4782
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 46
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Laurent le Jeu 15 Fév - 18:36

Goossens Mathieu-Philippe, né le 26 septembre 1770, à Gand, fils de Philippe et d’Esther-Judith Raes. Il entra au service dans le 4e bataillon des Belges (6 septembre 1792), il servit à l’armée du Nord (1792-1793), sous-officier, lieutenant (25 septembre), il passa au 2e bataillon de chasseurs (1er janvier 1793), il s’illustra au combat d’Ensel, près de Lille (12 juillet), où fut blessé et chargea à la tête de 25 carabiniers à pied, il prit une pièce de canon défendue par deux compagnies hollandaises. Il passa au 4e bataillon de tirailleurs (23 janvier 1794), il servit à l’armée de Sambre et Meuse (1794-1795), il se distingua au siège de Nimègue (14 brumaire an 3), où il prit d’assaut un retranchement. Il passa par amalgame à la 30e demi-brigade légère de seconde formation (6 mars 1796), servant à l’armée de Rhin et Moselle, puis à celle d’Italie (1797-1801), attaché à l’État-major de l’armée d’Italie (7 juin 1799), il fut blessé en chargeant une pièce de canon qu’il prit et eut son cheval tué sous lui, s’empara de Burgo et Locenjo avec 150 hommes (16 messidor an 7). Il fut cerné par l’ennemi dans la forteresse de la ville de Sienne, encerclés par des insurgés, il réussit à passer à travers les lignes ennemies à la faveur de la nuit pour informer les Français de la situation critique de la garnison. Nommé lieutenant à la suite du 4e régiment de hussards (6 avril 1801), lieutenant en pied au 9e régiment de hussards (1er juillet 1802), il servit à l’armée des Côtes de l’Océan (1804-1805), puis à la Grande Armée (1805-1808), et à l’armée d’Allemagne (1809-1810), il s’illustra au combat de Ratisbonne, faisant prisonniers avec 48 hussards, 101 cuirassiers et deux pelotons d’infanterie qui cherchaient à passer le Danube. Il conduisit ses prisonniers au grand Quartier-général de l’Empereur et fut nommé capitaine (5 juin 1809). Il s’illustra à la bataille de Wagram (5-6 juillet), chargeant avec un escadron un bataillon autrichien, le fit prisonnier et prit son drapeau, il fut blessé pendant la charge à la main gauche, chevalier de la Légion d’honneur (17 juillet), servant ensuite à l’armée d’Espagne (1811-1813). Il s’illustra en chargeant avec 60 hussards, le général espagnol Mina et 400 cavaliers, l’enfonçant, le dispersant, lui tuant ou blessant beaucoup de monde et le poursuivant pendant deux heures (12 novembre 1811). Son régiment devint le 9e bis régiment de hussards (1er janvier 1812), puis le 12e régiment de hussards (10 mars 1813). Il s’illustra en chargeant à la tête de 40 hussards, un bataillon espagnol de 800 hommes, lui faisant 150 prisonniers, 3 officiers, 12 sous-officiers, le dispersant et lui tuant ou blessant beaucoup de monde (18 décembre 1812). Le maréchal Suchet le proposa alors pour place de chef d’escadron. Il servit dans l’armée de Lyon (1814), s’illustra en chargeant avec 60 hussards un escadron de chevau-légers ci-devant de Latour, fort de 126 hommes, faisant prisonniers tous ceux qui n’avaient pas été tués (Donat, Isère, nuit du 30 au 31 mars). Le général Digeon commandant en chef la cavalerie de l’armée de Lyon, demanda pour lui au maréchal Augereau le grade de chef d’escadron. Enfin, il est écrit dans ses états de service : « qu’il mérite d’autant plus la bienveillance du souverain, qu’il a prouvé d’une manière non équivoque son dévouement à sa majesté Louis XVIII étant le premier officier de l’armée de Lyon, qui envoya son adhésion au nouveau gouvernement »1. Il fut décoré de l’Ordre du Lys (1er juin), il obtînt un état de ses services du conseil d’administration de son régiment, à Dôle (21 août). Il continua de servir, obtenant d’être naturalisé Français, par ordonnance royale (n° 1469, à Paris, 9 octobre 1816). Il jura fidélité au roi, comme membre de la Légion d’honneur, à Paris (4 mars 1817). Il mourut le 8 août 1823.

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4782
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 46
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Laurent le Mar 27 Fév - 8:24

Carteron Jean-Baptiste, dit Bellerose, soldat au régiment ci-devant de Vintimille (1776), il servit dans l’armée royale, puis fut l’un des vainqueurs de la Bastille (14 juillet 1789). Il s’enrôla ensuite dans le régiment des hussards braconniers, puis fut ensuite capitaine dans l’armée révolutionnaire (1793). Il fut dénoncé au club des Jacobins de Paris (11 septembre 1794), comme étant un agitateur des « terroristes » cherchant à désorganiser le camp des Sablons (école de Mars).

Source, Arthur Chuquet, L'école de Mars, 1794, p. 214.

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4782
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 46
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Laurent le Mar 27 Fév - 12:41

Charmet Simon, originaire de Besançon, il fut désigné pour l’École de Mars (juin 1794), où il servit jusqu’à sa dissolution (5 novembre), il s’enrôla dans le 4e régiment de hussards (décembre), où il servit longuement, capitaine au régiment (1810), servant dans l’armée de Catalogne pendant sous Suchet (1811-1814), le maréchal demanda pour lui le grade de chef d’escadron, la Première Restauration bloqua cette nomination.

Source, Arthur Chuquet, L'Ecole de Mars, 1794, p. 246.

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4782
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 46
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Laurent le Mar 27 Fév - 12:59

Heydenreich Frédéric-Auguste, originaire du district de Wissembourg, il fut désigné pour l’École de Mars (1794), y servant jusqu’à sa dissolution (5 novembre). Il s’enrôla au 7e régiment de hussards (1799), montant les grades, capitaine-trésorier, il reçut sous la Restauration la croix du mérite militaire.

Même source que le précédent, page 247.

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4782
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 46
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Laurent le Mar 27 Fév - 13:38

Apffel Louis-Guillaume, originaire de Wissembourg, il fit de bonnes études dans les collèges de Bouxviller et de Strasbourg, ayant même partagé la chambre d’Eugène de Beauharnais dont il était le camarade (1792-1793). Il avait rendu service au général Hoche (mars 1794), qui se comptait parmi les gens qui lui était redevable. Il fut désigné pour l’École de Mars (juin 1794), y servant jusqu’à sa dissolution (5 novembre). Il rejoignit l’Alsace, faisant des études de droit, puis devînt secrétaire dans l’administration provisoire du canton de Wissembourg (1799). Il fut appelé par la conscription, incorporé dans le 7e régiment de hussards, il reçut bientôt son congé de réforme à Besançon, pour cause de myopie et de gale opiniâtre (14 mars 1800). Il fut ensuite juge au tribunal de Wissembourg, maire de cette ville et accumula une fortune imposante qu’il légua en partie à sa mort à la commune de Strasbourg, à la condition exprès que cet argent soit consacré au développement de l’art dramatique et musical (1,8 million de francs). L’argent fut employé à régler le budget du théâtre de Strasbourg, et un créer et entretenir un conservatoire municipal.

même source que le précédent, page 250.

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4782
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 46
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Laurent le Dim 4 Mar - 8:46

Feldeheim Laurent, originaire de Colmar, né le 12 juin 1763, entra au service au 3e régiment de hussards (22 décembre 1781), brigadier (1er novembre 1782), maréchal des logis (1er juin 1793), sous-lieutenant au 16e régiment de chasseurs à cheval (1er août), nommé centurion à l’École de Mars, adjoint à l’instruction de la cavalerie (juin 1794). Il fut nommé capitaine au 24e régiment de chasseurs à cheval (17 janvier 1795), s’illustra, le 20 février 1797, sur les bords de la Piave, chevalier de la Légion d’honneur (15 juin 1804), il se retira (8 mai 1807), ayant fait treize campagnes, il mourut le 14 janvier 1808.

Source, Arthur Chuquet, l'école de Mars, 1794, page 342

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4782
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 46
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Laurent le Dim 4 Mar - 8:56

Aimée, sous-lieutenant au 7e régiment de hussards, il obtînt sa retraite à la maison des Invalides (vers 1793), lorsqu’il fut nommé décurion et instructeur à l’école de Mars (été 1794), où il servit jusqu’à sa dissolution (5 novembre).

même source que le précédent

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4782
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 46
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le dictionnaire des hussards français

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum