SEHRI : de 1789 à 1815 - association loi 1901
Bonjour
N'oubliez pas de vous inscrire et de vous présenter pour profiter pleinement du forum.
cordialement

La Terreur blanche en Provence en 1795

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Terreur blanche en Provence en 1795

Message  Davin Didier le Mer 1 Mai - 18:14

Massacre de prisonniers au fort St Jean à Marseille en 1795

Dans le midi en 1795, une vague de vengeance répond aux années de Terreur: une série de massacres commis en prison dans les Bouches-du-Rhône en l’espace d’un peu plus de deux mois, du 22 floréal an III (11 mai 1795) au 3 messidor an III (18 juillet 1795) dans les communes d’Aix, Tarascon et Marseille .
Des groupes d’hommes armés s’introduisirent dans les prisons à quatre reprises et de nombreux prisonniers, en majorité anciens « terroristes » ou sympathisants, furent massacrés.

La lenteur de la justice ordinaire contre les anciens "Terroristes" et leurs complices attisa le désir de vengeance privée et de justice populaire.

Le plus emblématique à Marseille. Après la chute de Robespierre le 27 juillet 1794, cent vingt-sept jacobins sont incarcérés dans le fort Saint-Jean. Le 5 juin 1795, une bande d'hommes armés sous le commandement de Robin, quitte l’hôtel des ambassadeurs situés rue Beauvau et se dirige vers le fort Saint-Jean. Forçant les portes des cachots ils égorgent et fusillent plus de cent prisonniers......

Le représentant en mission Cadroy fait tout son possible pour ralentir l'intervention de la garde nationale .Son antipathie contre les anciens terroristes rend son propre rôle dans les massacres de la région plus que problématique, il admettait que " les vengeances particulières, outrées par le silence et l’action des lois, s’exerçaient comme par droit de nature" ! .




Davin Didier
inceptio

Messages : 1845
Date d'inscription : 08/12/2010
Age : 59
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Terreur blanche en Provence en 1795

Message  Jérôme C. le Mer 1 Mai - 18:45

très très intéressant, d'autant plus que la vallée du Rhône, jusqu'à Lyon et l'Ain est le repère de compagnons de Jéhu qui vont mélanger jusqu'en l'an VIII, motivations politiques pour après l'an IV justifier du brigandage et du banditisme
On retrouve dans ce massacre les procédés utilisés à Lyon et à Bourg au même moment : apathie des représentants du peuple, lenteur de la garde nationale.
Mon pair et confrère Bruno Benoit a fait un travail magistral sur ce sujet que l'on peut trouver dans cet ouvrage :
http://cths.fr/ed/edition.php?id=208

A ceci, comment ne pas oublier cette Provence Blanche qui va assassiner un maréchal de France à Avignon
(PS : je prend ton texte, à moins que tu puisses m'en envoyer une version + pour la FdR sur la Provence Wink )
Merci Didier

:révosehri:


_________________
Par définition un historien se doit d'éclairer certaines zones d'ombres du passé. Ayant de droit accès à toutes les archives ouvertes, il s'appuie sur ses recherches pour délivrer ses résultats, quitte à briser quelques clichés.

Président de la S.E.H.R.I.
avatar
Jérôme C.
Admin

Messages : 5720
Date d'inscription : 03/05/2010
Age : 45
Localisation : Ain / Vaucluse

Voir le profil de l'utilisateur http://sehriasso.chez.com/topic/index-en.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Terreur blanche en Provence en 1795

Message  Davin Didier le Mer 1 Mai - 19:49


Tout ceci s' inscrit dans la lutte que livrent les derniers Jacobins " terroristes" avec un pouvoir central qui veut les rejeter et les faire condamner pour leurs crimes et des Royalistes qui montent en puissance et accelerent la répression.

mai 1795 (15 floréal An III)
à Lyon. Plusieurs milliers d'émeutiers envahissent les prisons de la ville et massacrent 99 Jacobins détenus, dont le comédien Dorfeuille, ex-président du Tribunal révolutionnaire

11 mai 1795 (22 floréal An III)
Aix-en-Provence. Une trentaine de Jacobins sont assassinés dans les prisons de la ville.

Reprise en main de Toulon pendant quelques jours par les Jacobins le 17 mai 1795 (28 floréal An III) qu'ils vont contrôler jusqu'au 23.

20 mai 1795 (1er prairial An III)
Paris. Première journée de l'insurrection, dite de prairial : les sans-culottes envahissent la Convention au cri de : "Du pain et la Constitution !" et assassinent le député Féraud*.

Nouvelle émeute parisienne et prise de l'Hôtel de Ville

22 mai 1795 (3 prairial An III)

Troisième jour d'insurrection à Paris. La Convention prend l'offensive et ses troupes occupent le faubourg Saint-Antoine.

23 mai 1795 (4 prairial An III)

Paris. Les troupes de ligne commandèes par le général Menou font capituler le faubourg Saint-Antoine à court de munitions et de pain. Le 24 Mai, désarmement et arrestation des terroristes parisiens.

Var. Les "patriotes" toulonnais, qui marchaient sur Marseille, sont battus par les troupes du général Pactod.

28 Mai arrestation des derniers membres du Comité de Salut Public et de Sureté Générale (sauf Carnot et Prieur de la Côte d' Or)

2 juin 1795 (14 prairial An III)
Saint-Etienne. Au cours de la nuit, douze Jacobins sont enlevés de leur prison et assassinés.

5 Juin massacres de Marseille ...

10 Juin decret de la Convention rayant de la liste des emigrés tout ceux partis après le 31 mai 1793

27 juin 1795 (9 messidor An III)
à Avignon. Les membres du tribunal révolutionnaire d'Orange sont massacrés, et leurs corps jetés dans le Rhône.


En Octobre la Convention finissante devrait reprimer dans le sang une tentative de putch royaliste à Paris le 13 Vendémiaire et changerai de cap en rehabilitant d' anciens jacobins et cessant leur poursuite .

Davin Didier
inceptio

Messages : 1845
Date d'inscription : 08/12/2010
Age : 59
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Terreur blanche en Provence en 1795

Message  Davin Didier le Jeu 2 Mai - 13:26

Dès l’arrivée au pouvoir des Thermidoriens, à la chute de Robespierre ceux ci essayèrent de faire oublier la période du Terrorisme.

les organes révolutionnaires furent peu à peu démantelés : en août 1794, le Comité de salut public assista ainsi à une nette diminution de ses pouvoirs et à un renouvellement complet de ses membres

Toujours en août 1794, le Tribunal révolutionnaire fut lui aussi réorganisé. Fouquier-Tinville, l’accusateur public, fut alors arrêté (il fut guillotiné le 7 mai 1795.). Le Tribunal révolutionnaire, quant à lui, fut finalement dissous le 31 mai 1795 (12 prairial an III.).

Plusieurs représentants en mission furent arrêtés et exécutés. Jean Baptiste Carrier, responsable des noyades de Nantes, fut ainsi guillotiné le 16 décembre 1794 (26 frimaire an III.).

Plusieurs milliers de détenus (aristocrates, prêtres réfractaires, déserteurs, bourgeois.), emprisonnés suite à la loi des suspects (votée septembre 1793.), furent remis en liberté (16 août 1794, 29 thermidor an II.).

Les derniers Jacobins " terroristes" entrèrent donc en lutte avec un pouvoir central qui veut les rejeter et les faire condamner pour leurs crimes, avec des Royalistes qui montent en puissance ,soutiennent la répression anti jacobine et comptent bien reprendre le pouvoir à la faveur des evenements.(voir post précédent)
On rajoutera aussi aux evenements "significatifs" de cette année 1795 la mort de Louis XVII et le débarquement d' une armée émigrée en baie de Carnac ( qui capitulera à Quiberon)

Davin Didier
inceptio

Messages : 1845
Date d'inscription : 08/12/2010
Age : 59
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Terreur blanche en Provence en 1795

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum