SEHRI : de 1789 à 1815 - association loi 1901
Bonjour
N'oubliez pas de vous inscrire et de vous présenter pour profiter pleinement du forum.
cordialement

La Légion de Carneville (suite)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Légion de Carneville (suite)

Message  Hughes de Bazouges le Lun 27 Avr - 9:24

" />

En 2014, les Editions de l'Entre-Deux-Mers publiaient un manuscrit - exhumé presque par hasard trente ans plus tôt dans la région de Bordeaux - du plus grand intérêt pour nous, démontrant encore une fois que le sujet de l'émigration militaire est loin d'être épuisé et qu'il peut nous réserver encore bien des surprises. Dans ce Journal d'émigration, le comte de Brons, qui fut nommé commissaire des Frères du Roi au Luxembourg, de fin 1792 à juin 1795,  était particulièrement bien renseigné sur les corps qu'il avait côtoyés au cours de la campagne de 1792, ou sur ceux qui s'étaient formés dans les mois qui suivirent le licenciement de l'armée du Centre et de celle du duc de Bourbon.
Parmi ces notes passionnantes, voici celle portant sur la Légion de Carneville...

Le quatrième corps qui vers la même époque entra au service de Sa Majesté Impériale avait fait partie de l'armée de Bourbon pendant la campagne de 1792 sous le nom de légion de Carneville. Ce corps de nouvelle levée avait été formé par les soins et aux dépens du vicomte de Carneville, gentilhomme de la province de Normandie, pour le service de Leurs Altesses Royales. Cette légion était mêlée d'infanterie et de cavalerie légère ; presque tous les officiers étaient Normnds ainsi qu'un grand nombre de ses soldats. Après le licenciement de l'armée royale, le vicomte de Carneville soutint pendant longtemps de ses propres deniers cette légion dont il était le fondateur, et il eut le bonheur d'obtenir de la cour de Vienne une capitulation pour tout le temps de la guerre. Il conserva la propriété de sa légion dont son frère eut le commandement en second avec le grade de colonel et qui, sous le nom de Corps franc des chasseurs de Carneville, fut assimilée aux troupes légères de l'armée impériale où elle a parfaitement soutenu l'honneur du nom français. Toujours employés aux avants postes, ces braves Carneville n'ont cessé de se distinguer par leur activité comme par leur bravoure. La perte de ce corps en officiers et en soldats a été très considérable ainsi que celle de tous les corps d'émigrés qui ont servi dans cette guerre meurtrière. Je vous les ferai connaître successivement, mon cher fils, et vous donnerai une notice abrégée de leur formation et de leur espèce à mesure que je continuerai mes souvenirs. Ces détails, quels que minutieux qu'ils puissent paraître, ne sont point sans intérêt pour ceux qui attachent quelque prix aux derniers efforts et aux derniers sacrifices d'une noblesse aussi fidèle que malheureuse.  On verra jusqu'à quel point cette caste infortunée poussa l'héroïsme de l'honneur et la constance de la loyauté, on se rappellera avec tendresse ses longues angoisses et son infructueux dévouement. Ses détracteurs les plus acharnés seront forcés de l'admirer et de la plaindre et nos neveux, touchés du récit de tant d'énergiques vertus et d'inutiles exploits, diront de cette noblesse moissonnée dans un si grand nombre de combats :

si Pergama dextra
defendi possent, etiam hac defensa fuissent [Virgile]

"Si Pergame avait pu être sauvée par la main de l'homme, ce bras seul l'eût sauvée." Enéide, II, 292.
 

Le corps franc de Carneville en passant au service de l'Empereur conserva l'uniforme que lui avait donné son chef d'après l'autorisation de nos princes : habit vert, parements et revers noirs, collet rouge garni de brandebourgs d'or, doublure, veste blanche et culotte bleue. La cavalerie légère avec les mêmes couleurs fut mise dans le costume des hussards. Ce corps ainsi organisé se compléta au moyen de beaucoup d'officiers et de gentilshommes émigrés qui, à la dissolution de l'armée de Bourbon, y prirent du service comme simples volontaires. Leur nombre fut tel, qu'indépendamment de ceux qui furent attachés aux différentes compagnies en qualité d'officiers surnuméraires, de sous-officiers ou de cadets, il s'en trouva de quoi former une compagnie entière dont les sergents et caporaux étaient d'anciens officiers de l'armée du roi, et les simples chasseurs de jeunes officiers ou gentilshommes ayant fait la campagne de 1792 dans une des troupes aux ordres des princes français".


Dans un prochain article, j'aurai l'occasion de commenter ces quelques éléments, en particulier uniformologiques, et d'expliciter pour nos lecteurs comment étaient organisés de tels corps d'émigrés, désignés comme Freikorps en allemand et vrijkorps en hollandais. En attendant, si vous avez un placement de bibliophile à faire, je vous recommande chaleureusement cet ouvrage qui réserve bien d'heureuses surprises !
avatar
Hughes de Bazouges
determinatio

Messages : 90
Date d'inscription : 17/01/2013
Age : 56
Localisation : Cambremer (14)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Légion de Carneville (suite)

Message  Davin Didier le Lun 27 Avr - 10:57

On avait commencé à en parler ici même
http://sehri.forumactif.com/t2340-les-freres-de-carneville-1

Davin Didier
inceptio

Messages : 1812
Date d'inscription : 08/12/2010
Age : 58
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum