SEHRI : de 1789 à 1815 - association loi 1901
Bonjour
N'oubliez pas de vous inscrire et de vous présenter pour profiter pleinement du forum.
cordialement

8e de hussards

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Aller en bas

Re: 8e de hussards

Message  Drouet Cyril le Lun 29 Aoû - 21:29

Evocation des 7e et 8e hussards dans la correspondance de Rossignol :


Saumur, 5 août 1793.
« Fatigués des bruits qui se répandaient que l'armée des brigands marchait sur Saumur, et instruits que depuis trois jours ils ravageaient les campagnes voisines, nous avons voulu, par un coup d'éclat, sortir de cette inquiétude propre à décourager et le soldat et les habitants des campagnes. Nous sommes partis aujourd'hui 5, à trois heures du matin, au nombre de trois mille hommes, bien déterminés à attaquer l'ennemi, qui, depuis trois jours, occupait des postes à deux lieues et demie de Saumur. Santerre fut chargé de garder avec huit mille hommes les hauteurs de Bornan, et d'éclairer le chemin de Montreuil et l'ancienne route de Doué ; l'armée qui devait attaquer l'ennemi était composée de deux mille sept cents hommes d'infanterie et de trois cents de cavalerie. Le général Salomon commandait la cavalerie, et le général Roussin l'infanterie.
Arrivés entre six et sept heures à la hauteur de Montfort, les détachements des 7e et 8e de hussards chargèrent les tirailleurs ennemis, qui, protégés par le feu continuel de deux pièces de canon, forcèrent d'abord nos troupes légères de se replier sur la hauteur ; le signal de la retraite fut alors donné à la cavalerie par le général Salomon, d'après la certitude que l'armée des brigands était forte de plus de six mille hommes et de plusieurs pièces de canons ; mais le général Roussin, qui était à la tête de l'infanterie, la voyant bien disposée à combattre, crut devoir, avant d'ordonner la retraite, s'assurer par lui-même de la position de l'armée ennemie. Le canon des rebelles grondait toujours, et une centaine de hussards arrêtaient les brigands qui étaient répandus dans la plaine à droite et à gauche de la route de Doué.
L'infanterie composant l'avant-garde s'était placée sur les hauteurs, à peu de distance de la cavalerie, qui toujours en station n'attendait pour se retirer que le retour de ses tirailleurs. Mais un hussard étant venu nous annoncer que vingt-cinq hommes des 7e et 8e régiments de hussards avaient repoussé les tirailleurs ennemis jusqu'aux portes de Doué, toutes les troupes légères demandèrent à marcher. Les généraux Roussin et Salomon chargèrent à la tête de la cavalerie jusqu'aux portes de Doué, où l'on fit halte de peur de surprise. A peine la cavalerie fut-elle répandue autour des murs de Doué, que le feu des rebelles commença avec vigueur. Le général Roussin fit alors avancer au pas de charge mille hommes d'infanterie composant l'avant-garde, et les dispersa lui-même en tirailleurs à droite et à gauche pour soutenir les 35e et 36e divisions de la gendarmerie, qui donnèrent l'exemple du courage ; les 4e, 5e et 15e bataillons de la formation d'Orléans les suivirent et marchèrent avec eux sur tous les points de la ville de Doué. En moins d'une demi-heure l'ennemi fut débusqué de tous ses postes, Doué fut pris, et l'armée des brigands en déroute jusqu'à Concourson. Officiers, soldats, tous ont donné avec la même ardeur,
La ville de Doué fut fouillée jusque dans les caves, malgré les coups de fusil lancés de toutes parts, et particulièrement du clocher. Plus de six cents rebelles ont été tués, cinquante furent faits prisonniers, parmi lesquels se trouvent des chefs et des prêtres. Nous avons perdu six hommes, dont trois du 8e régiment de hussards. »



A la même date les représentants du peuple près l'armée des côtes de la Rochelle faisaient un rapport similaire :
Saumur, 5 août.
« Depuis plusieurs jours l'ennemi cantonné à Doué menaçait d'attaquer Saumur. Le général Rossignol a cru devoir le prévenir. Ce malin, trois mille hommes, dont trois cents de cavalerie, se sont portés de ce côté sous les ordres des généraux de brigade Salomon et Roussin; l'avant-garde, composée de hussards du 8e régiment, des 35e et 36e divisions de gendarmerie nationale, des 4, 5 et 15e bataillons d'Orléans, a attaqué l'ennemi avec beaucoup de résolution. Il a bientôt été forcé et mis en déroute malgré la supériorité de son nombre et de son artillerie. »


Retour à Rossignol :
Saumur, le 6 septembre.
« Je m'empresse de vous annoncer la prise et l'incendie du château de Laugrenière, chef des brigands. L'adjudant-général Jomart et le capitaine Chambon du 7e régiment de hussards, étaient chargés de cette expédition, qui s'est faite avec cent hommes de cavalerie, en présence de l'armée des rebelles, forte de huit cents hommes d'infanterie et de deux cents hommes de cavalerie, qui s'étaient retirés dans les bois environnant le château. Le détachement qu'ils avaient envoyé contre nous a été entièrement massacré par nos hussards. Les comestibles préparés par l'ennemi ont été enlevés. »


Saumur, le 9 septembre 1793.
« Je viens de faire chasser l'ennemi des buttes désignées, et rétablir les communications des ponts de Cé, et assurer la route de Brissac. L'avant-garde chargée de cette expédition s'était portée, dès la nuit du 7, près de ces ponts. Trois coups de canon étaient le signal convenu pour prévenir la troupe des ponts de Cé de l'arrivée de l'armée; et pour qu'aussitôt elle raccommodât les ponts, afin d'opérer la jonction des deux armées, et attaquer les brigands en queue pendant qu'on les chargerait en tête. Un peu de lenteur fut apporté à cette opération du coté des ponts de Cé, ce qui retarda la victoire qui se décidait déjà en notre faveur ; car l'ennemi, profilant de cela, fit une vigoureuse résistance, et débusqua d'une hauteur très avantageuse une partie du bataillon qui l'occupait; mais bientôt cette position fut prise d'après les ordres du général Turreau.
Danican, colonel des hussards du 8e régiment, s'y porta avec intrépidité, chassa l'ennemi, et, par cette action, décida absolument la victoire en notre faveur. L'ennemi fut repoussé à deux lieues au-delà : il perdit au moins cent cinquante hommes, sans compter les prisonniers. Les repaires des rebelles furent incendiés; les moulins des royalistes et les communes d'Erigné et Murs furent livres aux flammes, les bestiaux saisis; on n'épargna qu'un moulin appartenant à un patriote.
Le 22e régiment des chasseurs, les gendarmes nationaux, les hussards et plusieurs bataillons se sont parfaitement bien distingués ; l'ennemi a été mis dans une déroute complète.

[…]
Le 8, cette petite armée se porta en partie à Thouars, repaire des rebelles, où ils avaient leur force et leurs comités, et où se formait le noyau de leur rassemblement; l'autre partie de l'armée resta au chemin coupé de la Croix, pour protéger la retraite, en cas qu'on fût obligé de la faire. Le commandement de cette expédition fut confié à Danican, colonel des hussards, et à l'adjudant du général Salomon. A peine l'armée fut-elle arrivée, que l'action s'engagea ; on tua plusieurs brigands sur les ponts; les autres prirent la fuite : on les poursuivit bien loin, puis on revint à Thouars, où l'on mit le feu au comité qui se tenait à la cure; toutes les rues étaient tapissées de proclamations de Louis XVII. Après avoir prévenu les femmes, les enfants et les vieillards de prendre leurs effets et de se retirer auprès de l'armée, le feu fut mis à ce repaire; il fut mis également à des genêts et des haies, ainsi qu'à la maison du ci-devant marquis de Maillé-laTour-Landry, qui servait de retraite aux brigands, et où ils tenaient aussi leur comité. »


Saumur, le 14 septembre 1793.
« Les rebelles, ont attaqué l'armée à onze heures du matin sur tous les points ; ils avaient deux pièces de huit et six de quatre. La gauche fut un instant forcée. Le général Santerre qui commandait l’avant-garde, envoya le cinquième bataillon de la formation d'Orléans qui y rétablit le combat. Au centre, l'artillerie volante, composée d'une pièce de douze et d'un obusier, repoussa les brigands. Un de nos obusiers mit le feu à l'un de leurs caissons. Nous leur avons, pris une pièce de huit et un obusier qui, après avoir été renversé, était tombé entre leurs mains ; leurs forces s'étaient portées sur noire gauche déjà fatiguée; mais les dragons du 16e régiment, les hussards du 7e et du 8e tombèrent sur la cavalerie ennemie, et achevèrent la déroute des rebelles. Tous les soldats et les contingents se sont conduits en héros. Nous avons tué aux ennemis beaucoup de monde; on les poursuit toujours, les routes de Vihiers et de Brissac sont couvertes de leurs morts ; nous espérons être sous deux jours à Mortagne »

Drouet Cyril
collatio

Messages : 207
Date d'inscription : 13/06/2011
Age : 44
Localisation : Vendée

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8e de hussards

Message  Drouet Cyril le Lun 29 Aoû - 22:02

Un mot du colonel Danican (Les Brigands démasqués ou Mémoires pour servir à l’Histoire du Temps présent) :

« Le 8ème de hussards dont j'étais colonel, fut envoyé de l'armée de la Moselle à Saumur où j'arrivai avec 665 hommes, dans la meilleur ordre et la meilleure tenue possible; quelque temps après, il me vint de Metz un renfort de 120 hommes. A la première affaire, à Martigné Briand, le 15 juillet 1793, je reçus l'ordre positif de charger l'ennemi dans le ravin. Cet ordre me fut transmis par un Monsieur Pierry. J'obéis sans réflexion; et en chargeant par deux, mon choirai fut tué sous moi, et me jeta sur la droite du fossé, les deux escadrons qui me suivaient perdirent 40 hommes, notamment le capitaine Rollot. Quoiqu' abattu et assommé par ma chute, je fis à ma troupe le commandement de tête de colonne à gauche, et elle se replia en prenant l'ennemi à revers; ce qui joint à la générosité d'un maréchal-des-logis nommé Boursaut, qui me donna son cheval, me tira d'embarras... Le surlendemain 17, je reçus un coup de feu, et je perdis encore 30 hommes, et le sous-lieutenant Bergon qui les commandait ; le 18, jour de l'épouvantable déroute, j'avais pour chef-de-file une haie, et on fusillait des quatre côtés ; les soldats fuyaient à toutes jambes, la cavalerie les écrasait, les caissons étaient sautés en l'air, et tous les généraux avaient perdu la tête, et on me tua encore beaucoup de hussards. Mon régiment, qui était de la plus grande beauté a été détruit en moins de quatre mois et totalement renouvelé en chevaux. »

Drouet Cyril
collatio

Messages : 207
Date d'inscription : 13/06/2011
Age : 44
Localisation : Vendée

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8e de hussards

Message  Davin Didier le Mar 30 Aoû - 7:45

Merci Cyril pour ces comptes rendus d' opération qui montrent bien les forces et les faiblesses de la cavalerie face à des opérations complexes entre conquête de terrain, de villes, poursuite de l' adversaire, mais aussi au prix de lourdes pertes.

Davin Didier
inceptio

Messages : 2046
Date d'inscription : 08/12/2010
Age : 59
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8e de hussards

Message  Drouet Cyril le Mer 31 Aoû - 12:21

Laurent a écrit: Mais alors le 9ème cité par Gabory ? S'agit-il des Hussards de Fabrefonds ? ou encore réellement du 9ème d'après le 4 juin ???


Vous devez sans doute faire référence à ce passage de La révolution et la Vendée à propos de la bataille de Martigné, le 15 juillet 1793 :
« Une charge du 8e et 9e hussards rétablit l’équilibre. »

Gabory se base vraisemblablement sur le rapport rédigé le jour même par le général Labarolière :
« Les hussards des huitième et neuvième ont beaucoup contribué au gain de l’affaire. »

Le 9e dont il est ici question est, sauf erreur, bien celui qui, à cette date, aurait dû être dénommé 8e.
Ainsi, le 15 juillet, sur le champ de bataille, Turreau et Bouchotte rédigeaient leur rapport en ces termes :
« L'affaire a été promptement décidée à notre avantage, par un mouvement heureux de plusieurs bataillons qui se sont portés sur les hauteurs de Millé. Secondés par le neuvième régiment de hussards, commandé par le général Fabrefont, ils ont chargé l'ennemi par son flanc gauche, et ont rendu bientôt sa déroute complète. »
Pour mémoire, le carcassonnais Joseph-Vincent-Dominique Fabre, dit Fabre-Fonds avait été nommé colonel au 9e en février 1793, avant d’être fait général de brigande le 6 mai suivant. A la date de la bataille de Martigné, le 9e (qu’il convient d’appeler à présent 8e) était sous le commandement du colonel Danican.

En fait, on s’y perd un peu parce que sur le terrain, les nouvelles appellations ne furent pas forcément de mise tout de suite, à la manière du capitaine Chambon, lors de son entrée à Saumur fin juin 93 qui est désigné comme du 8e, alors que l’on aurait dû parler du 7e.

Par la suite, il semble que les nouvelles dénominations aient été adoptées ; à savoir : 7e et 8e hussards.

Drouet Cyril
collatio

Messages : 207
Date d'inscription : 13/06/2011
Age : 44
Localisation : Vendée

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8e de hussards

Message  Jérôme C. le Mer 31 Aoû - 15:16

voici les documents relatifs à la création du 8e hussards, à l'époque 9e de l'arme





:serhiaples:

_________________
Par définition un historien se doit d'éclairer certaines zones d'ombres du passé. Ayant de droit accès à toutes les archives ouvertes, il s'appuie sur ses recherches pour délivrer ses résultats, quitte à briser quelques clichés.

Président de la S.E.H.R.I.
avatar
Jérôme C.
Admin

Messages : 5948
Date d'inscription : 03/05/2010
Age : 46
Localisation : Ain / Vaucluse

Voir le profil de l'utilisateur http://sehriasso.chez.com/topic/index-en.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8e de hussards

Message  Drouet Cyril le Ven 2 Sep - 11:09

Plus haut, j’ai retranscrit le rapport de Rossignol où ce dernier conte le combat d’Erigné du 7 septembre 1793 où le 8e hussards s’était distingué.
Voici, à présent celui de Turreau (lettre au ministre de la Guerre, 7 septembre 1793), où logiquement le régiment n’est pas oublié :

« Une division de l’armée des Côtes de la Rochelle vient de remporter un nouvel avantage sur les rebelles.
Le général divisionnaire Salomon, commandant à Doué une division de trois mille cinq cents homme, a reçu hier du général en chef Rossignol de se porter à Brissac avec deux mille et de là aux Pont de Cé en attaquant les hauteurs de Rigné qui le dominent. J’ai accompagné le général Salomon dans cette expédition qui a eu lieu ce matin à 5 heures. Les brigands qui gardaient ce poste ont lâchement abandonné à la vue de nos braves hussards du 8e, ci-devant 9e régiment et de la 36e division de gendarmerie, qui marchaient à la tête de la colonne.
Assuré de ce poste, le général Salomon a cru pouvoir me confier la direction de ses forces et lorsque je m’occupais de faire rétablir le pont que la nécessité avait fait rompre en quatre endroits, les rebelles se sont présentés en force et ont attaqué mes avant-postes sur trois colonnes. Il était alors neuf heures, et le pont ne pouvait être rétabli qu’à trois ; aussi ai-je assuré les troupes que toute retraite était impossible et qu’il fallait vaincre ou mourir pour la République.
L’ennemi, après avoir forcé mes tirailleurs de se replier, s’est avancé jusqu’à trois cents pas des redoutes de Rigné, par sa colonne du centre. Je l’attendais à cette distance pour faire usage de deux pièces de quatre qui, tirant à mitraille, l’ont forcé de s’arrêter et bientôt huit cents hommes d’infanterie sortis des redoutes, le chargeant par le front, et les hussards par le flanc l’ont mis en déroute complète.
Sa force était de trois mille hommes, j’en avais à peu près dix-huit cents. On a tué de deux cent cinquante à trois cents rebelles, il n’y a point eu de prisonniers. Nous avons perdu huit hussards, quinze gendarmes et quelques blessés.
Je dois infiniment d’éloges aux braves troupes que j’ai eu l’honneur de commander, mais particulièrement aux hussards du 8e régiment, guidés par le citoyen Danican, leur chef de brigade, à la 36e division de gendarmerie, dont la conduite est au-dessus de tout éloge. Enfin aux 4e, 5e et 15e bataillons de la formation d’Orléans et au 22e régiment de chasseurs à pied.
Nous partons cette nuit pour une nouvelle expédition et j’espère, citoyen ministre, que le général Salomon vous apprendra demain de nouveaux succès. »













Danican, qui détestait copieusement Turreau, a commenté cette lettre (Les brigands démasqués ou Mémoire pour servir à l’Histoire du temps présent) :
« C'est un lâche de la meilleure trempe; et je me souviens qu'aux roches d'Erigné il perdit tellement la tête, et fit de si plaisantes dispositions, que toute l'armée manqua d'être jetée dans la Loire ; le Pont de Cé n'était pas rétabli, et les Vendéens avaient l'avantage. M. Turreau m'ordonna de grimper les roches avec mes hussards, et je le tirai d'embarras. Ce fut un nommé Levasseur qui m'apporta son ordre. M. Turreau, tout gonflé de sa victoire, écrivit au ministre Bouchotte une lettre, dans laquelle il me portait aux nues, comme ayant repris les roches d'Erigné ; la lettre fut imprimée et distribuée en Septembre 93. Je remercie monsieur Turreau de l'éloge qu'il fit de moi dans son compte rendu, et je lui déclare que ce que je fis était moins pour lui plaire, que pour ne point tomber dans l'eau. »


Drouet Cyril
collatio

Messages : 207
Date d'inscription : 13/06/2011
Age : 44
Localisation : Vendée

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8e de hussards

Message  Drouet Cyril le Sam 17 Sep - 5:11

Laurent a écrit:Ne serait-ce pas plutôt des détachements de ces différents régiments ???? dans le texte de Drouet Cyril, il n'est question que d'un détachement, il est vrai d'éclaireurs, ce qui ne prouve pas que le régiment ne fut pas là, il pouvait très bien se trouver en arrière

Pour ce qui est du 9e (prochainement 8e), la réponse a été donnée par Danican :
« Le 8ème de hussards dont j'étais colonel, fut envoyé de l'armée de la Moselle à Saumur où j'arrivai avec 665 hommes, dans la meilleur ordre et la meilleure tenue possible; quelque temps après, il me vint de Metz un renfort de 120 hommes. »

Pour le 8e (prochainement 7e), le régiment n’était pas au complet. Un escadron fut envoyé en Normandie, deux en Vendée, tandis que deux autres restaient à Compiègne sous le commandement de Lamothe.

Drouet Cyril
collatio

Messages : 207
Date d'inscription : 13/06/2011
Age : 44
Localisation : Vendée

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8e de hussards

Message  Jérôme C. le Mer 12 Oct - 14:13

officier en tenue de ville et hussard en tenue d'écurie - 1813





Saluere

_________________
Par définition un historien se doit d'éclairer certaines zones d'ombres du passé. Ayant de droit accès à toutes les archives ouvertes, il s'appuie sur ses recherches pour délivrer ses résultats, quitte à briser quelques clichés.

Président de la S.E.H.R.I.
avatar
Jérôme C.
Admin

Messages : 5948
Date d'inscription : 03/05/2010
Age : 46
Localisation : Ain / Vaucluse

Voir le profil de l'utilisateur http://sehriasso.chez.com/topic/index-en.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8e de hussards

Message  Laurent le Mer 9 Nov - 17:25

L'éternelle question... celui ci est du 8ème du 4 juin 1793, où alors du 8ème de janvier 1793 donc 9ème de Hussards ???


Philippe-Christophe Baron De la Motte-Guéry, né à Nancy en 1769, Lieutenant Aide de camp le 3 novembre 1792, Capitaine au 8ème régiment de Hussards le 9 janvier 1793, puis Chef d’Escadron au même régiment en 1794. Chef d’Escadron au 12ème régiment de Cavalerie le 29 août 1799. Major le 29 octobre 1803. Colonel en second le 31 mars 1809. Colonel du 5ème régiment de Cuirassiers le 7 septembre 1811. Colonel aux Cuirassiers du Roi, le 11 mai 1814. Chevalier de la Légion d’Honneur le 20 mars 1804, Officier de l’Ordre le 11 octobre 1812, puis Commandeur le 29 juillet 1814. Créé Baron de l’Empire, le 28 septembre 1813 .

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4782
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 46
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8e de hussards

Message  Drouet Cyril le Mer 9 Nov - 17:51

Philippe Christophe était le 9 janvier 1793 lieutenant au 9e, puis devint capitaine le 8 juillet suivant dans le même régiment, c'est à dire, à cette date, le 8e.

Drouet Cyril
collatio

Messages : 207
Date d'inscription : 13/06/2011
Age : 44
Localisation : Vendée

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8e de hussards

Message  Jérôme C. le Jeu 10 Nov - 9:15


où alors du 8ème de janvier 1793 donc 9ème de Hussards
oui

à partir de juin 1793 le 9e hussards devient 8e hussards
à partir de juin 1793 le 8e hussards devient 7e hussards

Saluere

_________________
Par définition un historien se doit d'éclairer certaines zones d'ombres du passé. Ayant de droit accès à toutes les archives ouvertes, il s'appuie sur ses recherches pour délivrer ses résultats, quitte à briser quelques clichés.

Président de la S.E.H.R.I.
avatar
Jérôme C.
Admin

Messages : 5948
Date d'inscription : 03/05/2010
Age : 46
Localisation : Ain / Vaucluse

Voir le profil de l'utilisateur http://sehriasso.chez.com/topic/index-en.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8e de hussards

Message  Laurent le Jeu 10 Nov - 17:01

Merci à vous deux !

Voici un gazier que tu as peut-être déjà pour le dictionnaire des Hussards Jérôme :

François-Joseph Fauvart-Bastoul né le 15 juillet 1782 à Buissière dans le Pas-de-Calais. Engagé au 8ème régiment de Chasseurs à Cheval le 5 janvier 1797. Brigadier le 3 octobre 1798, Sous-lieutenant au 8ème Régiment de Hussards le 11 octobre 1801. Lieutenant le 22 novembre 1806, Capitaine en 1807. Chef d’Escadron au 2ème Régiment de Hussards en 1811. Lieutenant-colonel aux dragons de l’Hérault en 1820. Envoyé en congé illimité avec le brevet de Colonel le 11 août 1830. Nommé Colonel du 1er régiment de Cuirassiers le 14 avril 1831. Maréchal de Camp le 12 août 1833. Placé dans le cadre de la réserve le 16 juillet 1844. Décédé à Versailles le 14 octobre 1851. Membre de la Légion d’Honneur le 10 novembre 1810, Officier le 11 avril 1815, Commandeur le 30 avril 1835 .


Tiré d'un ouvrage anonyme Histoire du 1er régiment de Cuirassiers, page 285, dans lequel je fouillasse depuis 6 jours, je devrais pondre un gros truc d'ici peu Saluere

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4782
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 46
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8e de hussards

Message  Jérôme C. le Ven 11 Nov - 17:09

je ne crois pô

merci mr le secrétaire Saluere


:serhiaples:

_________________
Par définition un historien se doit d'éclairer certaines zones d'ombres du passé. Ayant de droit accès à toutes les archives ouvertes, il s'appuie sur ses recherches pour délivrer ses résultats, quitte à briser quelques clichés.

Président de la S.E.H.R.I.
avatar
Jérôme C.
Admin

Messages : 5948
Date d'inscription : 03/05/2010
Age : 46
Localisation : Ain / Vaucluse

Voir le profil de l'utilisateur http://sehriasso.chez.com/topic/index-en.html

Revenir en haut Aller en bas

généalogie Ferdinand

Message  aleclercq le Lun 21 Nov - 8:23

FERDINAND Louis, natif de Nancy, était au 8ème hussard de la 3ème compagnie blessé le mardi 14 octobre 1800 décéda le 22 février 1801 aux hospices St Marguerite de Strasbourg. Je recherche la bataille à la quelle il aurait pu participer, pour être rapatrié et dcd à Strasbourg. Keat

aleclercq
lectio

Messages : 31
Date d'inscription : 17/12/2010
Age : 59
Localisation : strasbourg

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8e de hussards

Message  Jérôme C. le Lun 21 Nov - 10:12

mmhhh dur dur, je pense qu'il s'agit plus d'un combat qu'une bataille.
Du 28 Frimaire an 8 AU 28 Vendémiaire an 9, Marulaz est absent du dépôt et se trouve avec les escadrons de guerre.



pour savoir cela il faut se rednre au SHD et regarder le registre matricule du corps.

Saluere

_________________
Par définition un historien se doit d'éclairer certaines zones d'ombres du passé. Ayant de droit accès à toutes les archives ouvertes, il s'appuie sur ses recherches pour délivrer ses résultats, quitte à briser quelques clichés.

Président de la S.E.H.R.I.
avatar
Jérôme C.
Admin

Messages : 5948
Date d'inscription : 03/05/2010
Age : 46
Localisation : Ain / Vaucluse

Voir le profil de l'utilisateur http://sehriasso.chez.com/topic/index-en.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8e de hussards

Message  Laurent le Lun 21 Nov - 14:28

un truc m'intrigue, j'ai pas cherché très loin mais l'armistice avait été signé avec les autrichiens en juillet, et il me semble bien que la guerre ne reprit qu'à la fin du mois de novembre 1800...

L'homme aurait bien pu seulement mourir de maladie tout bonnement, après avoir reçu l'autorisation de s'en rentrer près de chez lui par congé de maladie. Et sil vraiment il y avait blessure, il n'était pas rare que les cavaliers fassent des chutes parfois mortelles. La date de reprise de la guerre en 1800 est à vérifier

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4782
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 46
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8e de hussards

Message  Jérôme C. le Lun 21 Nov - 15:07

ce qui me laisse encore plus à penser qu'il pourrait s'agir d'une escarmouche scratch

officier du 8e en 1800 - 1803




_________________
Par définition un historien se doit d'éclairer certaines zones d'ombres du passé. Ayant de droit accès à toutes les archives ouvertes, il s'appuie sur ses recherches pour délivrer ses résultats, quitte à briser quelques clichés.

Président de la S.E.H.R.I.
avatar
Jérôme C.
Admin

Messages : 5948
Date d'inscription : 03/05/2010
Age : 46
Localisation : Ain / Vaucluse

Voir le profil de l'utilisateur http://sehriasso.chez.com/topic/index-en.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8e de hussards

Message  Laurent le Lun 21 Nov - 15:35

Je viens de vérifier et ma mémoire n'était pas mauvaise, la rupture de l'armistice est le 28 novembre 1800.

Je doute pour ma part qu'il put avoir été rompu, à moins qu'il puisse s'agir de troubles parmi les régions que nous occupions en Italie et en Allemagne, en Suisse, où dans le passé, il y avait eu de nombreuses émeutes et insurrections.

Je pencherais quand même plutôt pour un accident, tout reste possible sauf la bataille rangée c'est une certitude

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4782
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 46
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

généalogie Ferdinand

Message  aleclercq le Jeu 24 Nov - 9:29

bonjour,

cela devient passionnant, alors : 1° - sur l'acte de décès il est bien indiqué "arrivé blessé" le mardi 14 octobre 1800. Le traité de paix de Lunéville a été signé le 9 février 1801. DCD comme brigadier le 22 février 1801, à Strasbourg.
2° - mourir à Strasbourg, je pense que mon hypothèse, est juste, est que; son frère André qui était à l'armée du Rhin, avait épousé à Strasbourg Aumer ou Hammer Salomé. Le grand-père maternelle de Salomé était le capitaine des pontonniers Reibel, de Nancy. André et Louis Ferdinand était certainement frère. Quelle bataille? celle entre Indelfingen et Hoenlinden le 3 décembre 1800. Attention sa date d'entré à l'hôpital est le 14 octobre est là je n'est pas de renseignement sur Indelfingen. (Je commence un livre sur notre famille pour nos enfants). Cordialement à vous , Keat ps: c'est leur père qui était intendant auprès du Mchl Galitzine

aleclercq
lectio

Messages : 31
Date d'inscription : 17/12/2010
Age : 59
Localisation : strasbourg

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8e de hussards

Message  Laurent le Jeu 24 Nov - 14:17

cela change, tout, il arrive donc blessé à l'hôpital après avoir trainé sa blessure au régiment depuis l'armistice, pour moi, il est plus probable qu'il est reçu cette blessure avant juillet 1800, reste à savoir où a servi le 8ème Hussards,

si c'est à l'Armée du Rhin, il me semble qu'il y a une pléthore de combat de mars à juillet 1800

si c'est à l'Armée d'Italie, il y en a aussi quelques uns


selon, cette nouvelle configuration, il est blessé, sert encore au régiment un moment, ce qui était très courant. Sa, ou ses blessures l'obligent toutefois à rentrer chez lui, avec congé, mais c'est déjà trop tard. Il rentre toutefois, pour entrer vite à l'hôpital où il meurt. Son cas n'était pas rare, nous avons de multiples exemples de généraux morts de leurs blessures souvent des mois plus tard.

Si le 8ème a servi à l'Armée du Rhin, cette campagne est très connue, de multiples ouvrages ont été écrit à ce sujet, les ordres de bataille sont complets, il sera facile je pense de retrouver le trajet du régiment, puis il vous restera à tenter votre chance aux AD de Vincennes

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4782
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 46
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8e de hussards

Message  Jérôme C. le Jeu 24 Nov - 15:23

cela change, tout, il arrive donc blessé à l'hôpital après avoir trainé sa blessure au régiment depuis l'armistice

c'est une très très bonne hypothèse, car j'ai vu des actes de décès de type qui meurent parfois près d'un an après avoir été blessé et d'autres arrivent à l'hôpital plusieurs semaines après avoir été blessé.

_________________
Par définition un historien se doit d'éclairer certaines zones d'ombres du passé. Ayant de droit accès à toutes les archives ouvertes, il s'appuie sur ses recherches pour délivrer ses résultats, quitte à briser quelques clichés.

Président de la S.E.H.R.I.
avatar
Jérôme C.
Admin

Messages : 5948
Date d'inscription : 03/05/2010
Age : 46
Localisation : Ain / Vaucluse

Voir le profil de l'utilisateur http://sehriasso.chez.com/topic/index-en.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8e de hussards

Message  Jérôme C. le Ven 2 Déc - 8:41

en ce 2 décembre comment ne pas parler du 8e à Austerlitz

vu par Rousselot





vu par Ketih Rocco, ami de la SEHRI






_________________
Par définition un historien se doit d'éclairer certaines zones d'ombres du passé. Ayant de droit accès à toutes les archives ouvertes, il s'appuie sur ses recherches pour délivrer ses résultats, quitte à briser quelques clichés.

Président de la S.E.H.R.I.
avatar
Jérôme C.
Admin

Messages : 5948
Date d'inscription : 03/05/2010
Age : 46
Localisation : Ain / Vaucluse

Voir le profil de l'utilisateur http://sehriasso.chez.com/topic/index-en.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8e de hussards

Message  Laurent le Dim 25 Déc - 15:26

Jean-Baptiste Hue Maréchal des Logis Chef au 8ème régiment de Hussards, né à Dagny dans la Meuse, il s’illustre à la bataille de Stockach le 13 floréal An 8, ou à la tête d’un peloton, il charge un carré soutenu par deux pièces d’artillerie, un moment d’hésitation ayant eu lieu dans sa troupe, Hue s’élance seul et fait mettre bas les armes à 200 hommes. Mais il succombe bientôt sous le feu ennemi, revenu de sa première surprise .

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4782
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 46
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8e de hussards

Message  Jérôme C. le Dim 8 Jan - 17:53

gravure d'un hussard du 8e régiment par Martinet en 1807




_________________
Par définition un historien se doit d'éclairer certaines zones d'ombres du passé. Ayant de droit accès à toutes les archives ouvertes, il s'appuie sur ses recherches pour délivrer ses résultats, quitte à briser quelques clichés.

Président de la S.E.H.R.I.
avatar
Jérôme C.
Admin

Messages : 5948
Date d'inscription : 03/05/2010
Age : 46
Localisation : Ain / Vaucluse

Voir le profil de l'utilisateur http://sehriasso.chez.com/topic/index-en.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8e de hussards

Message  Laurent le Ven 23 Mar - 17:07

Charles-Marie-Louis-François Guerrin originaire de Paris, élève au dépôt des Gardes Françaises, puis fusilier dans la Garde Nationale parisienne entre 1790 et 1792, volontaire à 19 ans au 4ème bataillon de Paris, 4 septembre 1792, Caporal de Grenadiers, Sous-lieutenant au Corps de Eclaireurs devenu le 8ème régiment de Hussards, 4 mars 1793, Lieutenant le 27 juin 1793, rayé des contrôles en 1796 .


source Léon Hennet, Les volontaires nationaux pendant la Révolution, p. 479.

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4782
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 46
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8e de hussards

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum