SEHRI : de 1789 à 1815 - association loi 1901
Bonjour
N'oubliez pas de vous inscrire et de vous présenter pour profiter pleinement du forum.
cordialement

Les volontaires de la Drome

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les volontaires de la Drome

Message  Davin Didier le Mer 15 Déc - 16:48

Les bataillons de volontaires de la Drome

d' après histoire des bataillons de volontaires et généraux drômois M. Garcin Ed Nigel Cauvin 1991

- 1er bataillon( Montélimar) formé 13 octobre 1791, lieutenant colonel en 1er Barthelemy Guynet
-2e bataillon( Romans) formé le20 octobre 1791,lieutenant colonel en 1er Jean Borthon de la Motte
-3e bataillon( Valence) formé le19 octobre 1791,lieutenant colonel en 1er Louis Jean Baptiste Gouvion
-4e bataillon ( Nyons) formé le14 octobre 1791, lieutenant colonel en 1er
Michel Louis Rigaud de l 'Isle

-5e bataillon ( de l' Ouveze) formé le 16 Août 1792 , lieutenant colonel
François Dominique Escoffier
-6e bataillon formé le 29 Août 1792, lieutenant colonel Jean Etienne Grand Championnet
-7e bataillon( Montelimar) formé le 9 Août 1792, lieutenant colonel Jean Pierre Faure
-8e bataillon formé le 4 septembre 1792, lieutenant colonel Forgues

-Bataillon de grenadiers nationaux ( réquisition du général Montesquiou) formé le10 septembre 1792 commandant Louis André Bon, le bataillon est dissout le 17 novembre 1792. Bon passe ensuite commandant du 9e bataillon.

-9e bataillon formé le 1er Janvier 1793: lieutenant colonel en 1er Louis André Bon

-10e bataillon ( 1ere réquisition)( Valence) formé le 4 octobre 1793, lieutenant colonel Herquenne
-11e bataillon( 1ere réquisition) formé le 7 octobre 1793, lieutenant colonel Lapierre
-12e bataillon ( Montelimar) formé le 25 septembre 1793, chef de bataillon Joseph Martin, versé dans la Légion des Pyrénées.
-14e bataillon ( 1ere réquisition) ( de Die) formé le 18 octobre 1793, lieutenant colonel Long
-bataillon de réquisition de Nyons formé le 7 octobre 1793, commandant Charles Craponne
-1er bataillon de réquisition de Romans formé le 23 octobre 1793 ,porte ensuite le numéro 13, commandant Claude Clement

-2e bataillon de réquisition de Romans formé le 27 octobre 1793, commandant Perrin
-bataillon de réquisition de Crest formé le 14 octobre 1793 , chef de bataillon michel Barnave

Saluere



Davin Didier
inceptio

Messages : 1812
Date d'inscription : 08/12/2010
Age : 58
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les volontaires de la Drome

Message  Laurent le Mer 15 Déc - 17:42

je connais ce livre, Fred me l'avait prêté il y a deux ans, un bon travail mais à l'époque je ne savais pas que je m'engagerais dans cette voie ! Merci, la rubrique de la Drôme viendra !
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4507
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 45
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les volontaires de la Drome

Message  Laurent le Jeu 16 Déc - 19:16

http://lesbataillonsdevolontaires.wifeo.com/bataillons-de-la-drome.php

à l'instigation de Didier voici la nouvelle rubrique à propos des bataillons de la Drôme !
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4507
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 45
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les volontaires de la Drome

Message  Laurent le Mar 20 Sep - 6:33

Majoration de la rubrique

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4507
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 45
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les volontaires de la Drome

Message  Laurent le Jeu 24 Nov - 15:41

http://lesbataillonsdevolontaires.wifeo.com/bataillons-de-la-drome.php


refonte et mise en fiche de la rubrique de la Drôme !

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4507
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 45
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les volontaires de la Drome

Message  Laurent le Jeu 16 Fév - 6:03

http://volontaires.99k.org/drome/index.html

Nouvelle rubrique du département, qui a été beaucoup augmentée, grâce à Frédéric Pradal qui a bien voulu me prêter son ouvrage de Michel Garcin sur les volontaires Drômois durant mes vacances en France, merci encore à lui !

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4507
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 45
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les volontaires de la Drome

Message  Davin Didier le Jeu 18 Oct - 17:54

une petite illustration Very Happy




Davin Didier
inceptio

Messages : 1812
Date d'inscription : 08/12/2010
Age : 58
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les volontaires de la Drome

Message  Jérôme C. le Mer 5 Mar - 8:54

OUDET ( Jacques-Joseph). Lettre autographe signée à Jean-Pierre Emmanuel Tamisier de Bart. [Valence], 19 thermidor an VIII [7 août 1800]. 1 p. 1/2 in-8, petite déchirure sans atteinte au texte due à l’ouverture.
« Je te préviens que le général en chef vient de me nommer au commandement du 1er bataillon de la Drôme. Si ton intention est de reprendre du service, écris-moi de suite à Valence... en m’envoyant copie de tes titres de service. Hâte-toi si tu veux m’accorder l’agrément de servir avec moi. Je serois on ne peut plus flatté que tu prisses cette détermination... J’ai plein pouvoir du général en chef... à choisir les officiers de mon bataillon... »

_________________
Par définition un historien se doit d'éclairer certaines zones d'ombres du passé. Ayant de droit accès à toutes les archives ouvertes, il s'appuie sur ses recherches pour délivrer ses résultats, quitte à briser quelques clichés.

Président de la S.E.H.R.I.
avatar
Jérôme C.
Admin

Messages : 5678
Date d'inscription : 03/05/2010
Age : 45
Localisation : Ain / Vaucluse

Voir le profil de l'utilisateur http://sehriasso.chez.com/topic/index-en.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les volontaires de la Drome

Message  Laurent le Mar 3 Fév - 12:31

Merci Jérôme, j'ai placé ce document à sa place dans nos fiches de la Drôme

_________________
secrétaire - adjoint de la S.E.H.R.I.
avatar
Laurent
inceptio

Messages : 4507
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 45
Localisation : Moscou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

3e bataillon des volontaires de la Drome

Message  Davin Didier le Jeu 6 Oct - 6:14



LE 3E BATAILLON DES VOLONTAIRES DE LA DROME 1791-1795

DE LA FORMATION AU DEPLOIEMENT 1791-1792
Formé rapidement vers le 12 octobre 1791 à partir de volontaires de la Garde Nationale des districts de Valence et de Die, il est passé en revue entre le 13 et 20 octobre 1791 par le Maréchal de Camp de Folnay, de la 7ème division militaire, assisté du commissaire des guerres Simon-Antoine-François-Marie de Sucy de Clisson et plusieurs commissaires du département, il se trouve alors fort de 571 hommes. Les officiers sont élus par leurs hommes.
Etat-major :
Lieutenant-colonel Louis Jean-Baptiste Gouvion de Toul dans la Meurthe-et-Moselle, 39 ans, futur général en Juin 1793
Lieutenant-colonel en second Claude-Henri Belgrand de Vaubois, de Claivaux dans l’Aube, 43 ans. futur général
Adjudant-major François Argod de Valence, 32 ans, futur général
Compagnie de Grenadiers : Capitaine Alexandre-Laurent Garnier de Laborie de Beaumont, 24 ans.
1ère Compagnie de Châtillon et Lus-la-Croix-Haute : Capitaine Jean-Etienne-Roland de Châtillon, 22 ans.
2ème Compagnie de Chabeuil : Capitaine Louis-Reymond Sarra de Chabeuil, 34 ans.
3ème Compagnie de Bourg-les-Valence et Tain, Capitaine Claude-Antoine Béranger de Valence, 27 ans.
4ème Compagnie de Montélier : Capitaine Joseph Bonnardel, de Charpey, 28 ans.
5ème Compagnie de Valence : Capitaine Jean-Urbain Fugière de Valence, 39 ans, futur général. Il commandera le bataillon en Octobre 1793
6ème Compagnie de Loriol : Capitaine François Deaux.
7ème Compagnie de Saint-Jean-en-Royans : Capitaine Louis-Joseph-Etienne Ezingeard de Saint-Jean, 25 ans.
8ème Compagnie d’Etoile : Capitaine Antoine-Philippe Nery-Durozet de Montmeyran, 26 ans.


A la fin du mois d’octobre, le bataillon, après avoir parcouru 30 lieues s’installe dans le petit bourg de Buis-les-Baronnies. Il est mal accueilli par les populations, en partie royalistes et manque d’effets d’habillements et d’équipements.
Le lieutenant-colonel Gouvion écrit ainsi dépité aux autorités départementales sur l’état de ses hommes :
« Au Buis, le 1er novembre 1791, J’ai l’honneur de vous informer que le 3ème bataillon du département de la Drôme est arrivé ici le 31 octobre. Vous nous avez destiné une garnison où il ne manque que du bled, du bois et des logements. Si pour parer à ces inconvénients on nous fait fournir beaucoup de détachements, il en résulte un autre qui est d’envoyer des soldats qui n’ont encore ny discipline, ny instruction. La bonne volonté seule ne suffit pas, il faut y joindre un peu d’expérience. Vous concluerez sûrement d’après cet exposé qu’une autre destination nous serait infiniment avantageuse. Je la crois d’autant plus instante que nous sommes menacés de manquer de pain, sous quelques tems, ou au moins de mécontenter beaucoup d’habitants du lieux par l’augmentation que nous occasionnons à cette denrée, ce qui se manifeste déjà par des murmures. Nombre d’habitants de ce misérable pays sont dans l’impossibilité de fournir le bois pour la cuisson, de la soupe à nos volontaires, non plus que les lits nécessaires pour les coucher, ce qui a fait prendre le parti à la municipalité d’en placer trois compagnies dans un couvent. Il leur fallait du bois, et sur son refus nous l’avons requis de faire les avances de cette fourniture pour être payé par qui de droit, ce à quoi, elle a accédé. Nous vous observons que notre habillement est extrêmement urgent, un grand nombre de nos volontaires étant presque nuds. J’ai prié Monsieur de Ferrières de vous faire la demande de cartouche d’infanterie ; je vous prierais de nous les faire passer sans perdre un seul moment, les volontaires manifestant plus que la répugnance de marcher sans en être munis. Je vous demanderais aussi des pierres à fusil. D’après les réquisitions de Monsieur le Commissaire du Roi du district de Nions, je fais partir demain un lieutenant et 30 hommes pour Lachaux, la municipalité du Buis pour fournir des munitions a eu de la peine à me faire avoir 150 cartouches, et autant de pierre qu’il fallait ».

[/i]« Au Buis, ce 3 novembre 1791, Je vous préviens, Messieurs, que beaucoup de volontaires ont un besoin urgent de souliers, je prens le parti de leur en faire faire à Buis, lesquels seront payés sur la retenue des trois sols faite aux volontaires pour le payement de leur habillement ; comme j’ignore, messieurs, si cette opération est bien conforme à la loi, et que cependant vous sentez qu’il est impossible que nos gens aillent pieds nuds, je vous prierai de vouloir bien m’y autoriser, en me mandant ce que vous en pensez pour pouvoir arrêter l’opération si vous imaginez que je ne dusse la continuer. Je vous préviens que quelques-uns des volontaires sont parti de Valence ayant la vérole ( NDLR la syphilis), la route et vraisemblablement la débauche ont tellement empiré ce maudit mal qu’il leur est maintenant impossible de faire un pas, il vient de s’offrir un médecin et un chirurgien qui proposent de les traiter au même prix que dans les hôpitaux du Roi, c’est-à-dire que conformément aux décrets, je leur payerais 6 sols par jour, pour chaque volontaire qu’ils traiteront, et que le gouvernement payera le reste conformément aux ordonnances des hôpitaux, si ce soir je puis terminer cet arrangement, je le préférerai à envoyer des hommes à Grenoble, qui pour y aller seraient obligés de repasser par Valence, et auxquels il faudrait toute nécessité que l’Etat fourni des montures et voitures, ce qui coutterait considérablement. Je vous prie de voulloir bien encore m’autoriser à cette seconde opération. Si cependant mes Esculapes me manquent de parole, je serai obligé d’envoyer mes malades à Grenoble, en leur donnant comme aux troupes de ligne, 3 sols par lieue, et leur faisant fournir des voitures aux comptes de l’Etat, mais dans ce cas il faudra que vous ayez la bonté de m’expliquer comment se payeront ces trois sols parce que vous savez que lorsqu’un volontaire est à l’hôpital, l’excédent de sa paye au –delà de 6 sols pour payer la journée d’hôpital est retenu pour solder son habillement.
Je vous préviens que nos volontaires ont été fêtés et reçus dans plusieurs villages avec beaucoup de vin, et le moyen de les empêcher de boire ? Il s’en est suivi des farandoles, des peaux de caisse crevées, nous avons eu une voiture qui a renversé, il y avait dessus plusieurs fusils appartenant à des hommes incommodés, ces fusils ont été abîmés, tout cela demandera beaucoup de réparations et je ne puis les faire exécuter qu’au compte du département.
Les habitans de ce pays sauvage commencent un peu à se dégeler ; les boulangers avaient augmenté le pain de 2 liards la veille de notre arrivée ; on dit qu’ils avaient fait un accord entre eux de faire payer 100 pistoles d’amande à celui qui le donnerait au-dessous du prix convenu, un seul ne voulut point souscrire à cette convention, il nous livre le pain au même prix qu’il était auparavant, mais il ne peut en fournir à tout le monde. Plaintes à la municipalité de la différence du prix, elle nous donna pour raison qu’il y avait quatre sortes de pain, que l’accès de Buis était très difficile, que les fermiers qui l’apportaient y mettaient eux-mêmes le prix, que l’on craignait que nous n’occasionnions une disette, etc… Je pense que d’après les essais que nous allons faire le pain reviendra à son premier prix, c’est-à-dire à 3 sols la livre poids de table. Comme je crois, que dans un pays perdu et abandonné du ciel, un chef, peut prendre quelques petites choses sur lui, toutes les fois que je le ferai je vous en rendrai compte. Gouvion.
PS : je vous remercie de voulloir bien ne pas oublier notre drapeau. Le corps serait bien aise de le faire bénir par le curé constitutionnel qui a été installé sans aucun tumulte, nous allons à la messe, qui en vaut bien une autre, mais presque point d’habitants n’y vont, on leur a persuadé qu’ils seraient excommuniés s’ils y allaient, aussi nous regardent-ils comme tels, et ils prétendent que déjà nous commençons à jaunir ».

Les hommes aussi se plaignent:
[i]Messieurs, nous sommes à la veille de manquer de pain. Oui, Messieurs, nous sommes à la veille de manquer de pain. C’est la vérité pure, toute effroyable qu’elle est. Et nous en eussions manqué plutôt sans Monsieur Vaubois qui, par une généreuse entreprise autant que paternelle, a jusqu’à ce moment fait cuire du pain qu’il distribuait deux fois la semaine aux volontaires par portion égale, mais cette entreprise, qui lui a coûté des peines et des frais immenses qu’il ne compte pour rien, il en peut plus la continuer parce qu’il ne paraît plus de bleds aux marchés et que dans les environs on ne veut pas livrer pour des assignats tant ils sont discrédités dans ce pays.
Vous frémirez encore si vous voyez comment sont couchés un grand nombre de volontaires ! Vous ne pourrez aussi défendre d’un sentiment d’indignation lorsque que vous saurez que les aubergistes ont ôté leur enseigne pour n’être pas contraint à alimenter de braves volontaires qui ne peuvent payer qu’en assignats. Vous concevez qu’une pareille horreur peut avoir des suites funestes, nous sommes pleins d’un respect inaltérable pour la loi ; mais la loi veut que nous vivions. Ainsi, donc au nom de la patrie que vous aimez, au nom de l’attachement que vous devez avoir pour ses défenseurs, ôtez-nous promptement d’ici, envoyez-nous à Arles, à Avignon, peu nous importe : agissez, disposez, ordonnez, tout nous est égal, pourvu que vous nous sortiez du cloaque où nous sommes. Assez longtemps nous avons payé le tribut au mal être. Un bataillon nous vous l’avons observé avec vérité n’est pas moins nécessaire dans cette ville que nous avons régénérée. Et si le maintien de la paix que nous y avons établie exige encore la présence de 3 compagnies de soldats nationaux, il vous reste à disposer de trois bataillons de votre département, et il est juste que chacun d’eux remplisse à son tour la tâche que nous remplissons depuis 6 mois. Nous espérons tout de votre bienveillance, que nous nous efforcerons toujours de mériter. Les officiers, sous-officiers et volontaires du 3ème bataillon de la Drôme ».

Le 1er janvier 1792, le bataillon est en garnison à Montélimar., puis dans le Comtat Venaissin qui connait des troubles ainsi qu’Avignon, anciens territoires du Pape rattachés à la France.
Il est ensuite envoyé en garnison à Avignon, où il se trouve au mois de juin.
Les hommes écrivent à l’Assemblée Nationale :
« Législateurs vous avez désirés que des soldats protégeassent l’organisation du ci-devant Comtat, vos vœux et notre mission vont être remplis, nous osons croire que notre conduite répond à votre confiance, nous vous en demandons la récompense, envoyez-nous au combat. Fait à Avignon, le 26 juin l’An quatrième de la Liberté. Gouvion lieutenant-colonel commandant, Vaubois lieutenant-colonel, Argod capitaine, Nugues capitaine, Julien caporal… ».
En Juillet et Août, toujours à Avignon les difficultés continuent
« Lettre du 3 juillet 1792, Je ne cesserais de vous demander des chemises et des bas, beaucoup de volontaires en manquent… Nous vous prions de prendre les mesures pour que la fourniture soit bonne, nous sommes fort mécontents de celles qu’on nous a envoyé. Les culottes manquent de fond de manière qu’en faisant l’exercice elles se fendent, presque tous les habits mal cousus ont besoin de grosses réparations surtout en doublures… Nous n’avons point été armés à neuf, comme on s’est plus à vous le dire, nous avons seulement été autorisés
par le général Wittgenstein à échanger nos plus mauvais fusils contre d’autres qui valaient un peu mieux et qui avaient été déposés dans la salle d’armes d’Avignon par les régiments de Soissons et de Boulonnois qui ont été armés à neuf ; ces armes leur avaient servis pendant une vingtaine d’années, ainsi vous voyez que nous n’avons fait qu’un échange de fusils cassés ou très mauvais contre d’autres dont on peut encore tirer quelque service,
Gouvion »

Lettre du 17 juillet 1792, Messieurs, la plus grande difficulté n’est pas d’avoir des hommes pour compléter notre bataillon, mais bien d’avoir des habillements, des chemises et des bas. Tous les jours je suis tourmenté par les justes demandes des volontaires qui arrivent pour ainsi dire nuds comme la main. L’on m’a assuré qu’il existe à Valence un magasin considérable de chemises, je députe vers vous Monsieur Chabert pour vous engager à nous en faire passer 600, d’après les ordres de Monsieur De Montesquiou notre bataillon ne devant pas tarder d’entrer en campagne, je vous prie, Messieurs de mettre le plus de célérité possible dans l’envoi de cette demande ».

« A Avignon, le 1er aoust 1792, l’an IV de la Liberté, Messieurs, nous avons fait un marché avec un négociant de Lodève pour nous fournir 400 aulnes de drap pour des vestes et culottes ainsi que pour des doublures à l'avenant ; le prix des draps bleus est si excessif que nous n’avons encore conclu aucun marché. J’ai écrit depuis un mois au ministre pour avoir 226 gibernes et 26 sabres pour mes grenadiers ; il ne me fait point de réponse à qui donc faut-il s’adresser ? Si c’est à vous je vous prie de me les faire parvenir sans retard. Le commandant en chef de l’armée du Var nous manque que nous ne devons compter sur aucun magasin pour l’équipement attendu qu’ils sont entièrement vides… le Sieur Cotte négociant à Valence, nous a promis des chemises, il nous en faut encore 500 à quelques prix que ce soit, je vous prie messieurs de vouloir bien lui donner ordre les faire passer sans retard»


Le bataillon est enfin à l’Armée des Alpes et arrive le 29 septembre à Chambéry. Il cantonne par la suite à Bourg-Saint-Maurice le 17 novembre et à Montmélian le 15 décembre. La Savoie piémontaise venait d’être envahie sans combats le 21 Septembre par le général Montesquiou et le 14 Octobre demandait son rattachement à la réunion à la toute nouvelle République Française (depuis Septembre) .Montesquiou abandonnait son armée et se réfugiait en Suisse, le 15 novembre, inquiet des intentions des nouvelles autorités républicaines à son égard.

1793 -1794 LES PREMIERS COMBATS
En janvier 1793, le bataillon est toujours à l ‘Armée des Alpes à Saint Pierre d’ Albigny. Il est passé en revue à Saint-Pierre d’Albigny en Savoie, n’alignant plus que 477 hommes.
Lyon s’était joint à la révolte fédéraliste puis s‘était découverte royaliste . la République envoyait en hâte des troupes encercler la vile.
Jean Davin, un artilleur ,né à Baratier dans les Hautes Alpes est élu Lieutenant-colonel du 3ème bataillon des volontaires de la Drôme le 24 juin 1793
Le bataillon était donc envoyé au siège de Lyon, dès le 15 août, à l’Armée des Alpes après avoir dissipé l’insurrection à Montbrison et à Villefranche.Il poursuit la colonne du Royaliste Charrier et l’atteint, dispersant ou faisant prisonniers les insurgés.
Le 29 Septembre le bataillon avec Davin à sa tête monte à l’assaut de la redoute du Grand Sainte Foy.
Mais la ville ne se rendra que le 9 Octobre et sera livré à la répression de Fouché et Collot d’ Herbois.
Davin est nommé Général de Brigade le 23 décembre 1793.

Le bataillon est présent le 21 décembre 1793 dans les brigades détachées de l’Armée des Alpes. Il comprend un effectif de 439 hommes et 203 aux hôpitaux.
Puis est envoyé à l’Armée des Pyrénées-Orientales dans la division de gauche à Ortaffa.

En novembre 1794, le bataillon se trouve à l’Armée des Pyrénées-Orientales dans la Brigade Motte avec le 1er bataillon du 35ème régiment d’infanterie, 5ème et 6ème de la Gironde, 7ème de la Haute-Garonne, 5ème de la Haute-Vienne .

En mars 1795 au milieu de la vaste réorganisation de l’infanterie française par amalgame entre les anciens régiments royaux et les bataillons de volontaires , la 69ème demi-brigade de bataille est formée à Castillon. Elle se compose du 1er bataillon du 35e Régiment d’ infanterie, du 1er des Hautes-Alpes et du 3ème de la Drôme.

allezsehri
.

Davin Didier
inceptio

Messages : 1812
Date d'inscription : 08/12/2010
Age : 58
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les volontaires de la Drome

Message  Davin Didier le Jeu 6 Oct - 6:18


Davin Didier
inceptio

Messages : 1812
Date d'inscription : 08/12/2010
Age : 58
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les volontaires de la Drome

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum