SEHRI : de 1789 à 1815 - association loi 1901
Bonjour
N'oubliez pas de vous inscrire et de vous présenter pour profiter pleinement du forum.
cordialement

les arbres de la Liberté

Aller en bas

les arbres de la Liberté Empty les arbres de la Liberté

Message  Jérôme C. le Ven 18 Mar - 9:08

LES ARBRES DE LA LIBERTE
Par Jérôme Croyet
Docteur en histoire, archiviste-adjoint aux A.D. de l’Ain
Extrait de « Sous le bonnet rouge » thèse de doctorat d’histoire, soutenue à Lyon II, septembre 2003.

Si les premiers arbres de la Liberté sont plantés en France dès 1790, il faut attendre la grande vague de plantations de l’après déclaration de la guerre en 1792, pour que les arbres de la Liberté fleurissent dans le département de l’Ain, celui de Neuville les Dames est planté suite à une délibération de la municipalité du 4 juillet 1792. L’image symbolique que donnent les révolutionnaires de la plantation de l’arbre de la Liberté n’est autre que la reprise de la tradition du mai d’honneur “ pour l’appliquer à l’amour de la liberté ” pour en faire une image idyllique où l’arbre “ remplit une fonction pédagogique et civique ” . “Humanisé et sacralisé, il symbolise la liberté mais aussi la fraternité et l’unité” . Pour les sans-culottes, c’est le symbole ostensible de la régénération : “il sera planté un arbre de la Liberté qui renaîtra tous les printemps en signe d’accroissement de notre liberté ” . L’arbre de la Liberté est durant toute la Révolution dans l’Ain le lieu de démonstration de l’attachement aux valeurs républicaines, ainsi à Pont d’Ain, le 17 juin 1792, sa plantation est décidée car les habitants de la commune sont attachés à la constitution. Il est le lieu de convergence de l’engagement révolutionnaire tel, le 10 pluviôse an IV, où l’administration du canton d’Ambérieu y fait brûler une couronne, tandis qu’en l’an VI, l’administration du canton de Versoix l’entoure d’une montagne.
Dans l’Ain, ces plantations sont souvent le fait de femmes, comme à Béon, où symbole, il remplace la croix à la croisée des chemins du village. Celui de Neuville est planté sur la place. A Treffort, il est planté par la société populaire le 10 ventôse an II. La plantation prend une tournure festive en l’an II à laquelle doivent s’associer tous les républicains : il est le signe de ralliement au nouveau pouvoir. Le choix des arbres n’est pas un symbole, à Treffort, il s’agit d’un peuplier, à Arbent d’un chêne et à Pérouges d’un tilleul . Les frais de plantation des arbres sont généralement aux municipalités, tandis que beaucoup d’arbres sont offerts par des citoyens, celui de Montanay, planté en 1793, est offert par une veuve.
La plantation d'un arbre n'est pas une chose facile et demande de l'argent mais aussi beaucoup de travail préparatoire : pour la plantation de l'arbre de Journans, en nivôse an II, le coût est de 12 livres et de 4 jours de travail préparatoire. Mais il arrive souvent, comme à Treffort, Montanay, Leyment ou Pérouges, que le premier arbre, meurt, faute d'une bonne plantation. On en fait alors planter un second. Toutefois, il arrive, plus rarement, que l’arbre primitif soit remplacé pour des raisons de commodités patriotiques comme à Saint-Jean-le-Vieux, où le 27 ventôse an II, la société populaire se propose de remplacer l’arbre de la liberté actuel par l’arbre de mai planté devant chez Desvignes, un sapin plus à même d’être surmonté par le bonnet de la liberté.
Après un premier texte législatif sur la plantation des arbres de la Liberté, le 3 pluviôse an II, cette pratique se ralentit après le 9 thermidor an II jusqu’au 28 pluviôse an VI, lorsque le Directoire fait de cette plantation une fête révolutionnaire. La symbolique liée à l’arbre ne fait pas toutefois l’unanimité. Si durant l’an II, l’animation civique tourne autour de l’arbre, durant le Directoire, la ferveur religieuse ranimée par les missions des nombreux prêtres réfractaires pousse certains croyants à s’attaquer au symbole qu’est l’arbre de la Liberté. Ainsi, le 30 frimaire an 4, deux habitants d’Arbent abattent le chêne de la liberté à coup de hache. L’affaire est jugée tellement grave par l’administration départementale qu’elle est envoyée devant le tribunal criminel du département. Malgré cette mesure judiciaire, les attaques contre les arbres ne cessent pas, surtout sous le Directoire : le 26 floréal an 4, l’arbre de la Liberté de Béon est abattu par des fanatiques et remplacé par la croix qu’il y avait avant ; le 2 floréal an V, c’est l’arbre de la Liberté de St Jean de Gonville est coupé et enlevé. Toutes ces actions ne sont pas le fait de fanatiques mais peuvent être celles de citoyens passablement enivrés, comme le 24 floréal an VII, où, lors de la fête baladoire de la Tranclière, des citoyens abattent l'arbre de la liberté. Dans tout les cas ces actes sont pris très au sérieux par l'administration du département qui, via l'accusateur public du tribunal criminel du département, demande des enquêtes.

_________________
Par définition un historien se doit d'éclairer certaines zones d'ombres du passé. Ayant de droit accès à toutes les archives ouvertes, il s'appuie sur ses recherches pour délivrer ses résultats, quitte à briser quelques clichés.

Président de la S.E.H.R.I.
Jérôme C.
Jérôme C.
Admin

Messages : 6112
Date d'inscription : 03/05/2010
Age : 47
Localisation : Ain / Vaucluse

Voir le profil de l'utilisateur http://sehriasso.chez.com/topic/index-en.html

Revenir en haut Aller en bas

les arbres de la Liberté Empty Re: les arbres de la Liberté

Message  Jérôme C. le Ven 1 Avr - 10:29

Vû la petition presentée par le conseil général de la commune de Bourg chef lieu du departement de lain tendante à etre autorisée faire abatre dans lieu des bois nationaux de cette commune un chêne de trente pied d’hauteur pour etre planté à lentrée du temple de la Raison le 26 du courant jour de la commemoraison de la feste du 14 juillet
Vu le soit communiqué au directeur de la regie nationale en date de ce jour.
Lavis de ce dernier portant qu’il y a lieu d’acéder à la demande des petitionaires.
Lavis du directoire du district de Bourg portant qu’il y a lieu d’arreter que la municipalité de Bourg est autorisé de faire choisir et enlever dans les bois antionaus un arbre chêne civique de trente pied d’hauteur tel quelle le demande.
Le directoire du Département de lain considerant quil est du devoir des diverses autorités constituées de concevoir autant qu’il est en elle à la célébration des fetes civiques bien faites pour rappeller à tous republicains les glorieuses epoques de la Revolution.
Arrêté qie la municipaliré de Bourg est de demeure autorisée de faire choisir ey enlever dans la forest nationale de feillens un arbre chêne de trente pied d’hauteur pour etre planté le 26 messidor qui correspond au 14 juillet
Bourg
22 messidor an 2

_________________
Par définition un historien se doit d'éclairer certaines zones d'ombres du passé. Ayant de droit accès à toutes les archives ouvertes, il s'appuie sur ses recherches pour délivrer ses résultats, quitte à briser quelques clichés.

Président de la S.E.H.R.I.
Jérôme C.
Jérôme C.
Admin

Messages : 6112
Date d'inscription : 03/05/2010
Age : 47
Localisation : Ain / Vaucluse

Voir le profil de l'utilisateur http://sehriasso.chez.com/topic/index-en.html

Revenir en haut Aller en bas

les arbres de la Liberté Empty Re: les arbres de la Liberté

Message  Jérôme C. le Ven 1 Avr - 10:29

Etat de la plantation de l’arbre de la libefrté du 20 ventose an deux de la république une indivisible

Le conseil général de la commune de Lyonnière pour se conformer aux décret de la convention nationale du troisième jours de ventose an 1 de la République ; on réunit tous les citoyens ainsi que les femmes filles ainsi que les enfans, enfin tout le peuple au général de la commune dudit lieux se sont réunis tous aussamble pour manifesseté la sélébration de la plantation de larbre de la liberté que nous avons plantés aula place publique de notre commune et qui a été planté le vingt ventose an deux de la République une indivisible

Fait à Lyonnière en la maison commune le vingt un ventose an deux de la République

Perretant maire Rongie agent national

_________________
Par définition un historien se doit d'éclairer certaines zones d'ombres du passé. Ayant de droit accès à toutes les archives ouvertes, il s'appuie sur ses recherches pour délivrer ses résultats, quitte à briser quelques clichés.

Président de la S.E.H.R.I.
Jérôme C.
Jérôme C.
Admin

Messages : 6112
Date d'inscription : 03/05/2010
Age : 47
Localisation : Ain / Vaucluse

Voir le profil de l'utilisateur http://sehriasso.chez.com/topic/index-en.html

Revenir en haut Aller en bas

les arbres de la Liberté Empty Re: les arbres de la Liberté

Message  Jérôme C. le Dim 6 Jan - 13:02

les arbres de la Liberté 391672sehria1401

allezsehri

_________________
Par définition un historien se doit d'éclairer certaines zones d'ombres du passé. Ayant de droit accès à toutes les archives ouvertes, il s'appuie sur ses recherches pour délivrer ses résultats, quitte à briser quelques clichés.

Président de la S.E.H.R.I.
Jérôme C.
Jérôme C.
Admin

Messages : 6112
Date d'inscription : 03/05/2010
Age : 47
Localisation : Ain / Vaucluse

Voir le profil de l'utilisateur http://sehriasso.chez.com/topic/index-en.html

Revenir en haut Aller en bas

les arbres de la Liberté Empty Re: les arbres de la Liberté

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum