SEHRI : de 1789 à 1815 - association loi 1901
Bonjour
N'oubliez pas de vous inscrire et de vous présenter pour profiter pleinement du forum.
cordialement


Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

SEHRI : de 1789 à 1815 - association loi 1901
Bonjour
N'oubliez pas de vous inscrire et de vous présenter pour profiter pleinement du forum.
cordialement
SEHRI : de 1789 à 1815 - association loi 1901
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-16%
Le deal à ne pas rater :
Aspirateur balai Dyson V15 Detect Absolute (2023)
669 € 799 €
Voir le deal

Amiral Louis-René Levassor de Latouche Tréville

Aller en bas

Amiral Louis-René Levassor de Latouche Tréville Empty Amiral Louis-René Levassor de Latouche Tréville

Message  Riri63 Jeu 9 Mai - 12:31

coulonoh

Un petit résumé de la carrière de l'Amiral Latouche Tréville
Avec lui à la tête de la flotte on peut dire sans trop se tromper sans doute que la défaite de Trafalgar n'aurait pas eu lieu , à sa mort ( 1804 ) la marine française et Napoléon ont perdu beaucoup

Louis-René Madelaine Le Vassor, comte de La Touche-Tréville (3 juin 1745 – 19 août 1804) était un amiral français. Il a combattu pendant la guerre d'indépendance américaine et est devenu une figure éminente des guerres de la Révolution française et des guerres napoléoniennes .

Né dans une famille noble d'officiers de marine, Latouche s'est enrôlé à l'âge de 13 ans. Il est devenu un capitaine de frégate compétent, combattant plusieurs navires britanniques pendant la guerre d'indépendance américaine . Son escadre de deux frégates manœuvra autrefois un navire de ligne de 74 canons jusqu'au naufrage, et il se vit confier comme passagers d'importantes personnalités de l'époque, notamment Louis XVI et le marquis de Lafayette .

Pendant la Révolution, Latouche, franc-maçon et collaborateur de Phillipe Égalité , occupe des postes progressistes de député aux États généraux puis à l' Assemblée nationale constituante . Son statut noble en fit néanmoins une cible pendant le règne de la Terreur , et il fut emprisonné et libéré de prison seulement par la réaction thermidorienne .

De retour dans la Marine après une longue période de chômage, Latouche prend le commandement de la Flottille de Boulogne , où il repousse les raids sur Boulogne organisés par Nelson . Il sert ensuite dans l' expédition de Saint-Domingue , ce qui compromet irrévocablement sa santé. Après son retour, il prit le commandement de la flotte à Toulon, la réorganisant à nouveau pour en faire un outil puissant, mais il succomba à une rechute de maladie avant d'avoir eu la chance de l'utiliser. Sous son successeur Villeneuve , la flotte qu'il avait rénovée fut écrasée à la bataille de Trafalgar .

Carrière
Latouche est né à Rochefort-sur-mer , Charente-Maritime . Son père, Louis-Charles Le Vassor de La Touche , avait été gouverneur de la Martinique, jusqu'à l' invasion de 1762 , et chef des forces navales de Rochefort. Son oncle, Charles-Auguste Levassor de La Touche-Tréville , servit comme contre-amiral, commandant l'escadre légère de la flotte franco-espagnole sous Orvilliers en 1780.

carrière
À l'âge de 13 ans, Latouche rejoint les Gardes de la Marine et participe à de nombreuses actions navales pendant la guerre de Sept Ans . Il commença à naviguer sur le Hardi , transportant des troupes vers le Canada en 1758, et participa à sa première action, en 1759, à bord du Dragon de 64 canons , qui était sous le commandement de son oncle, en participant à la Bataille de la Baie de Quiberon .Il servit également sur le landau Louise et harcela l'escadre britannique bloquant l'Île-d'Aix en octobre 1760, toujours sous les ordres de son oncle. En 1762, il sert sur l' Intrépide de 74 canons et sur le Tonnant . Au cours de l'été de la même année, Latouche fut détaché pour commander deux canonnières avec lesquelles il attaqua deux navires britanniques, un de 60 canons et un de 74 canons, menant une bataille de deux heures.

Après le traité de Paris en 1763, Latouche participe à des campagnes de formation sous la direction de son oncle Latouche-Tréville et de l'amiral d'Estaing , servant sur les navires Garonne en 1763, et Hardi et Bricole en 1765.

En septembre 1768, âgé de 23 ans, il fut promu enseigne. Peut-être sous la pression de sa famille, qui espérait des promotions plus rapides, ou parce que la réforme de la Marine l'a contraint à prendre sa retraite, il a démissionné de la Marine et s'est enrôlé dans l'Armée. Il devient assistant du gouverneur général d'Ennery , nouvellement nommé gouverneur de la Martinique , qui obtient pour lui une commission de capitaine de cavalerie. En 1771, il est transféré comme capitaine au Régiment de La Rochefoucauld-Dragons , un régiment de dragons , et devient aide de camp du gouverneur général Valière , qui commandait à Saint-Domingue.

En 1772, le ministre de la Marine Boynes accéda aux demandes répétées de la famille de Latouche et il fut réintégré dans la Marine comme « capitaine de brûlot ». Latouche est nommé commandant du Fluyt Courtier . En 1774, Latouche a présenté une proposition au ministère de la Marine pour une expédition exploratoire pour faire le tour de l'Australie pour voir si la Nouvelle-Hollande et la Nouvelle-Galles du Sud étaient séparées par un canal ; le projet fut rejeté, le ministère préférant utiliser l'Île de France comme base avancée pour une telle opération. Latouche correspondait avec le capitaine Cook sur les plans d'exploration en 1775 et 1776.

Service sur Hermione et d'indépendance

Latouche-Tréville représenté dans les Marins Illustres de Guérin de 1845
En mai 1777, il est promu lieutenant et reçoit le commandement de la corvette Rossignol de 20 canons qui escorte les convois et transporte les messages. Il captura deux corsaires anglais et trois marchands. Ses prix l'ont vu nommé Chevalier de l'Ordre de Saint-Louis . Il a été nommé commandant de la frégate Hermione de 26 canons .

Le 28 mai 1779, Hermione repère un corsaire britannique qu'elle attire dans un piège en feignant de fuir dans la nuit. Afin de provoquer une poursuite fatigante, Latouche laisse entrevoir par intermittence la balise de son navire, avant de redoubler d'efforts pour attaquer son adversaire dans la matinée. Le corsaire était le Diffidence de 18 canons , de Falmouth. Le lendemain, un autre corsaire de 18 canons a attaqué et Latouche l'a également capturée, en utilisant la même ruse. Latouche revient alors à Rochefort avec ses deux prises et de nombreux prisonniers.

Du 21 mars au 28 avril 1780, Latouche transporta le général Lafayette comme passager lors d'un voyage transatlantique de la France à Boston. Puis, rejoignant la flotte sous les ordres du contre-amiral Destouches et sous les ordres de Barras et Ternay , il dirigea la construction de plusieurs batteries d'artillerie pour la défense du Rhode Island .

Après avoir terminé les batteries, Latouche fut autorisé à naviguer au large de Long Island et à intercepter les expéditions vers New York . Il captura rapidement deux prises, avant de repérer quatre voiles le 7 juin 1780 : il s'agissait de la frégate Iris et de trois navires de guerre de moindre importance. Lors de l' action suivante du 7 juin 1780 , Latouche fut lui-même touché au bras par une balle de mousquet, et Hermione subit dix morts et 37 blessés. Son adversaire, le capitaine James Hawker, l'accusa plus tard d'avoir fui les lieux, ce à quoi Latouche répondit : « Dans mon mauvais état, je ne pouvais pas vous poursuivre. Pourquoi alors n'avez-vous pas continué le combat ?

Le 16 mars, Latouche-Tréville participe à la bataille du cap Henry , qui se déroule à l'embouchure de la baie de Chesapeake . Cette action a conduit à un rapport communément répété, mais erroné, selon lequel Latouche-Tréville s'est engagé dans une « bataille contre le Chesapeake (mars 1781) ».

Le 13 avril 1781, le père de Latouche, Louis-Charles Le Vassor de La Touche , décède à Paris. Latouche hérita de son titre et fut par la suite baptisé « Comte de Latouche ».


Bataille navale de Louisbourg, 21 juillet 1781, par Auguste-Louis de Rossel de Cercy
Il poursuit ensuite sa croisière au large des côtes de l'Amérique du Nord au sein d'une escadre sous le commandement de l'amiral Lapérouse , dont le vaisseau amiral est l'Astrée .

Le 21 juillet, les deux frégates rencontrent un convoi britannique au large de la Nouvelle-Écosse . Lors de la bataille navale de Louisbourg qui en a résulté , Astrée et Hermione ont forcé le HMS Charlestown à porter ses couleurs, mais n'ont pas réussi à l'aborder, lui permettant de s'enfuir pendant la nuit. Ils ont cependant capturé l'escorte de 14 canons, Jack , et trois marchands, qu'ils ont amenés à Boston.

Service Aigle
De retour en France, Latouche fut promu capitaine le 20 juin 1781. ] En 1782, il fut chargé de transporter des fonctionnaires, de grosses sommes d'argent et du matériel vers l'Amérique, dirigeant une escadre de deux frégates comprenant l'Aigle et la Gloire , sous les ordres du capitaine de Vallongue.

Latouche prend le commandement de la frégate Aigle qui, avec la Gloire , transporte des fonds et du matériel pour la flotte de l'amiral de Vaudreuil . Le 5 septembre 1782, l'escadron rencontra le seul HMS Hector de 74 canons : au cours de la bataille de deux jours qui suivit , les deux frégates endommageèrent lourdement l' Hector et ne parvinrent à le capturer que lorsqu'une escadre britannique apparut à l'horizon. Latouche se retira et Hector sombra quelques jours plus tard.

Capturer
Informations complémentaires : Action du 15 septembre 1782
Les frégates poursuivent leur voyage lorsque, le 12 septembre, elles repèrent une escadre britannique, composée de deux navires de ligne avec une frégate, deux corvettes et un brick-sloop . Latouche a capturé le brick HMS Racoon . Latouche a ensuite viré de bord dans le fleuve Delaware , alors que le HMS Vestal , le HMS Bonetta et le prix Sophie , dirigé par le capitaine GK Elphinston à Warwick , l'ont poursuivi. Latouche débarqua ses passagers et son trésor avec les lancements des frégates. Il a alors tenté d'échapper à ses adversaires beaucoup plus forts en naviguant sur les rives à l'embouchure du fleuve Delaware, mais Aigle s'est échoué ; Gloire a également touché le fond, mais elle a réussi à se dégager et à rejoindre le canal. Latouche tenta de libérer l'Aigle , mais avec la marée en retrait, il s'échoua non seulement de plus en plus fermement, mais tomba également sur le côté, rendant sa batterie inutilisable. Voyant son navire perdu, Latouche lui fit couper les mâts et percer sa coque ; il a ensuite évacué son équipage ; Restant en retrait avec seulement quelques hommes, Latouche tira quelques coups de feu de ses poursuivants sévères avant de porter ses couleurs. Malgré les mesures visant à désactiver l'Aigle , les Britanniques ont réussi à la récupérer et à la mettre en service sous le nom de HMS Aigle .

L'amiral Vaudreuil écrit au ministre de la Marine Castrie :

Monsieur de la Touche mérite votre réprimande ; il avait à bord avec lui une femme entretenue avec laquelle il vivait ; les Anglais, l'ayant capturée, la lui ont rendue comme si elle était sa femme. Cela est connu et ne peut que faire mauvaise impression dans un pays aux bonnes mœurs.

Latouche fut emmené prisonnier à New York et transféré de là en Angleterre. Il resta prisonnier jusqu'au Traité de Paris en 1783.

Service en France
Au retour de Latouche en France, il est nommé directeur du port de Rochefort. Il fut également chargé de dessiner une carte d' Oléron , qui fut publiée dans le premier volume de l'Hydrographie française . En 1784, il succède à Bruni d'Entrecasteaux comme vice-directeur des ports et arsenaux, occupant ce poste jusqu'en 1787, date à laquelle il devient chancelier du duc d'Orléans . Entre-temps, il avait également servi comme inspecteur à l'école d'artillerie de l'Académie navale, et co-auteur du Code naval de 1786. En juillet 1786, il a navigué sur une corvette depuis Honfleur. au Havre , transportant le roi Louis XVI .

Son oncle, Charles-Auguste Levassor de La Touche-Tréville , décède en 1788 et lui lègue son nom ; désormais, Latouche ajoute « Tréville » à son nom, devenant ainsi le « comte de Latouche-Tréville ».


Lettre de Latouche-Tréville
Au début de la Révolution française en 1789, Latouche-Tréville est élu député de la Noblesse pour le bailliage de Montargis ; il siégea ensuite à l' Assemblée nationale constituante et occupa ce poste jusqu'à son ajournement le 10 octobre 1791. Latouche adopta une posture libérale et fut parmi les premiers nobles à s'associer au Tiers État. En septembre 1791, après que le roi Louis XVI eut approuvé la nouvelle constitution, l'Assemblée nationale constituante fut dissoute et Latouche-Tréville reprit ses activités navales.


Portrait de Latouche-Tréville en contre-amiral, en 1792. Louis-Philippe commande le tableau pour le Musée d'Histoire de Versailles en 1835 ; Georges Rouget l'a peint en 1840.
Latouche détenait le grade de contre-amiral depuis la réforme de la marine du 20 décembre 1790. À ce titre, en 1792, il prend le commandement d'une escadre de quatre navires à Brest . Il navigua de Brest à Toulon , sur son vaisseau amiral le Languedoc , pour rattacher sa division à l'escadre méditerranéenne du contre-amiral Truguet . Il participe aux raids contre Oneglia , Cagliari et Nice pendant l' armée d'Italie , et participe à l'attaque de la Sardaigne en octobre 1792 (qui s'avère être un échec lorsque le corps expéditionnaire est repoussé). Latouche-Tréville et Truguet reviennent ensuite à Toulon.


Le Moniteur Universel relate la mission de Latouche à Naples.
Latouche-Tréville est promu contre-amiral le 1er janvier 1793. Il est ensuite envoyé en mission à Naples , après que l'ambassadeur de ce royaume à Constantinople ait précipité un conflit diplomatique en insultant son homologue français. Latouche menace de bombarder la ville et obtient des excuses de Ferdinand Ier des Deux-Siciles . Latouche partit ensuite, mais dut retourner à Naples pour réparer en raison de vents violents, prenant finalement rendez-vous avec Truguet le 8 février 1793. Le 14 février, ils débarquèrent 6 000 volontaires à Cagliari, qui avaient rembarquer sous le feu et dans un coup de vent deux jours plus tard. La flotte est ensuite revenue à Toulon une fois de plus.

En mars 1793, au milieu de la guerre de la Première Coalition , Latouche prend le commandement de « l'Armée navale de l'Océan » (la flotte de Brest), mais dès qu'il prend ses fonctions, ses subordonnés révolutionnaires le dénoncent comme un aristocrate. Le 15 septembre, au plus fort de la Terreur , il est arrêté comme « suspect » sur ordre du Comité de salut public , et incarcéré le 3 octobre. Il passa un an à la prison de La Force , et ne fut libéré que le 20 septembre 1794, après la réaction thermidorienne .

Libéré, Latouche retourne à Montargis, où il est nommé chef de la Légion de la Garde nationale pour le district. Franc -maçon , il s'élève au rang de Vénérable dans la Loge Les Disciples d'Heredom et de la Madeleine Réunis , de Montargis. Latouche fut réhabilité sous le Directoire et retrouva son grade en décembre 1795, mais resta néanmoins pendant cinq ans sans commandement dans la Marine. De 1797 à 1798, il géra l'équipement de la Marine avec un ami armateur et, en 1799, il était devenu si désespéré qu'il passa une annonce dans Le Moniteur Universel pour des postes de capitaine corsaire. Ce n'est qu'en 1799 qu'il revient au service actif.

Service à la
En 1799, Latouche est nommé à la tête d'une division navale à Brest, avec sa marque sur le Mont Blanc de 74 canons . Peu de temps après, il fut nommé pour commander toute la flotte de Brest, et transféra son drapeau sur le Terrible de 110 canons . Latouche-Tréville défendit la rade jusqu'à ce que le gouvernement décide de dissoudre l'armée navale de Brest ; Latouche-Tréville a ensuite fait naviguer quatre de ses navires jusqu'à Rochefort.


Nelson échoue contre la flottille de Latouche Tréville près de Boulogne, le 15 août 1801
Peu de temps après, conseillé par le ministre de la Marine Forfait , [le Premier Consul Bonaparte choisit Latouche-Tréville pour organiser et diriger la Flottille de Boulogne . Cette vaste flotte de petits navires était ostensiblement conçue pour transporter une armée d'invasion vers l'Angleterre, mais était en fait un stratagème de désinformation pour faire pression sur les Britanniques pour qu'ils négocient le Traité d'Amiens . Le stratagème a contribué à dissimuler le véritable objectif de l'armée française, qui était de rassembler des armées à Boulogne pour une invasion de l'Autriche. Peu après son arrivée, les 4 et 15 août 1801, Latouche-Tréville repousse les plusieurs raids britanniques lancés par l'amiral Nelson pour détruire la Flottille .

-
Lors de la paix d'Amiens , Latouche-Tréville est nommé commandant de l'escadre navale de Rochefort, comprenant six navires de ligne, six frégates et deux corvettes, dans la flotte de l'amiral Villaret de Joyeuse , convoyage de 3 000 hommes de l'armée du Rhin pour l' expédition de Saint-Domingue . Latouche s'est frayé un chemin jusqu'au port de Port-au-Prince , a capturé ses forts et a débarqué les troupes. Lui et le général Boudet s'emparèrent de Port-au-Prince et de Léogâne . Latouche-Tréville parvient à obtenir la reddition pacifique du général Laplume, tandis que, dans le sud, le général Leclerc contraint Toussaint L'ouverture et Christophe à se soumettre à l'autorité française.

Avec le départ de Villaret de Joyeuse en avril 1802, Latouche-Tréville reste à Saint-Domingue avec quatre navires de ligne, neuf frégates et cinq corvettes. Après le rétablissement de l'esclavage le 20 mai 1802, une nouvelle rébellion éclate, qui accable l'armée du général Leclerc frappée par la fièvre jaune. Latouche-Tréville défendit les ports du sud, nommant Willaumez à la station navale ouest de Saint-Domingue. La situation devint encore plus désespérée après que les Britanniques déclenchèrent la guerre de la Troisième Coalition en mai 1803 : Willaumez dut retourner en France pour réparer sa frégate, endommagée lors de l' action du 28 juin 1803 , et les Britanniques effectuèrent un blocus de Saint-Domingue qui se termine par la destruction complète de l'armée de Rochambeau. En octobre 1803, Latouche-Tréville obtient le libre passage des Britanniques en raison de sa mauvaise santé et retourne en France.

Portrait de Latouche-Tréville en vice-amiral, en 1803. Louis-Philippe commande le tableau pour le Musée d'Histoire de Versailles en 1835 ; Georges Rouget l'a peint en 1840.
Latouche-Tréville est nommé vice-amiral en décembre 1803. De retour en France, il est nommé inspecteur général des côtes de la Méditerranée, avant de prendre le commandement de la flotte de Toulon, avec son drapeau sur le tout nouveau 80 -pistolet Bucentaure . À l'époque, l'escadre ne comptait que sept navires de ligne et quatre frégates, et la discipline était très affaiblie ; En particulier, les officiers de la Marine ne dormaient à bord de leurs navires que lorsqu'ils y étaient contraints par leur devoir. Latouche-Tréville mettait un point d'honneur à vivre sur son navire et le moral s'améliorait rapidement sous son exemple et son leadership.

Latouche-Tréville décide de faire patrouiller à tour de rôle un navire ou une frégate pendant trois jours à l'extérieur du port, tandis qu'un autre sera toujours prêt à appareiller au premier signal. De plus, l'escadron entier se précipitait régulièrement pour soutenir les croiseurs chaque fois que des forces britanniques supérieures s'aventuraient dans le port de Toulon, empêchant les Britanniques de mener une reconnaissance utile des activités françaises dans la région. Au fil du temps, l'escadron a reçu trois autres navires de ligne et trois autres frégates en renfort.

Fin juin 1804, Latouche-Tréville subit une rechute d'un problème de santé contracté à Saint-Domingue. Cependant, il refusa constamment de débarquer, déclarant « Un amiral n'est que trop heureux lorsqu'il peut mourir sous le pavillon de son navire ». En effet, après 10 jours de lutte, le 19 août, Latouche-Tréville meurt à bord du Bucentaure . Lord Nelson écrivit plus tard :

Les journaux français disent qu'il est mort d'avoir marché si souvent jusqu'au signal pour nous surveiller : j'ai toujours dit que ce serait sa mort.

Héritage
Latouche-Tréville a été enterré au cimetière de Toulon. En 1810, un mausolée pyramidal de sept mètres de haut est construit au Sémaphore de la Croix des Signaux, au cap Cépet, d'où Latouche-Tréville avait observé les Britanniques dans sa dernière année. Le 14 octobre 1902, les autorités militaires décident de déplacer le mausolée au cimetière militaire de Saint-Mandrier-sur-Mer ; le corps fut transféré le 29 avril 1903.

coulonoh
Riri63
Riri63
noviter veniens

Messages : 8
Date d'inscription : 21/01/2022
Age : 61
Localisation : Lévignac

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum