SEHRI : de 1789 à 1815 - association loi 1901
Bonjour
N'oubliez pas de vous inscrire et de vous présenter pour profiter pleinement du forum.
cordialement

Infanterie et Artillerie de Marine sous la Révolution et l'Empire

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Infanterie et Artillerie de Marine sous la Révolution et l'Empire - Page 2 Empty Troupes de Marine sous la Révolution

Message  Davin Didier le Dim 9 Juin - 10:02

LES TROUPES DE MARINE ENTRE 1789 ET 1803


Avant la Révolution, la Marine française et la seconde du monde derrière l’Angleterre .
Elle assure la défense et le ravitaillement du territoire mais aussi des colonies.

La Révolution va venir la déstructurer par l’émigration d’une grande partie de son encadrement d’origine aristocratique, fuyant par conviction ou pour sauver leurs têtes, par les destructions causées par l’ennemi britannique et par la perte épisodiques des colonies pour diverses raisons : révolte des esclaves, intervention étrangère.
Mais paradoxalement, la Révolution va aussi promouvoir à des postes de commandement des hommes de valeur que leur origine roturière aurait naguère pénalisés.

En tant qu’ arme très technique la Marine dispose depuis ses origines de personnels spécialisés : par exemple pour la construction des navire ( ouvriers et ingénieurs), la collecte des matières premières ( bois, cordages , ferrures) , la construction et l’entretien des ports ( génie maritime) etc…

Parmi le personnel naviguant, l’équipage des vaisseaux assure la manœuvre et le petit entretien (charpentiers, voiliers, calfats…). Il est assisté par une garnison que nous appelons aujourd ‘hui « troupes de Marine ».

Cette garnison des vaisseaux est composée pour moitié d’artilleurs de Marine qui assurent le service des pièces avec l’aide de matelots canonniers qu’ils encadrent et forment, et pour moitié d’ infanterie dite "de Marine". Selon les époques, l’infanterie embarquée dépend soit de la Marine, soit est détachée de l’Armée de Terre.

Les troupes de Marine servent lors des combats navals mais aussi lors des opérations de débarquement. Elles assurent la sécurité et la défense des ports de métropole, des ports de territoires conquis sur l’adversaire du moment et des colonies. Les troupes coloniales lui sont souvent rattachées. Sur la fin de l'Empire, elles seront de plus en plus réquisitionnées pour les opérations terrestres.

Les troupes de Marine ont été licenciées et versées dans les bataillons d’infanterie de volontaires. Ce sont des volontaires nationaux que l’on formera hâtivement au service des pièces qui serviront de garnison aux vaisseaux.

La mesure est politique : on se méfie d’un corps structuré que l’ on a vu se rallier aux fédéralistes à Toulon en 1793.

Elle est catastrophique sur le plan opérationnel maritime: les nouvelles recrues volontaires à peine amarinées sont inefficaces. Par contre les anciennes troupes de Marine engagées dans des combats terrestres sont solides et les généraux savent pouvoir compter sur elles. C’ est ainsi qu’ on les retrouvera à lutter dans le camp républicain au cours de la guerre de Vendée.

A la fin de 1795, la Convention a enfin compris la nécessité de troupes de Marine spécialisées et en octobre est décidé l’organisation de 7 demi-brigades d’artillerie de Marine. Trois demi-brigades sont basées à Brest, une à Lorient, une à Rochefort et deux à Toulon.
Comme au par avant des détachements d’artilleurs de Marine forment la garnison des vaisseaux associés à des compagnies de troupes de Ligne embarquées. Ils participent à tous les combats navals de la période .

Le Consulat a chassé le Directoire en faillite financière et militaire. Après avoir rétabli, avec le général Moreau, la situation militaire, Bonaparte réquisitionne les artilleurs de Marine. Il les a vu à l’ œuvre lors de son expédition d’ Egypte, et sait que ce sont des troupes solides aussi bien sur mer que sur terre.( Note )

Lors de l'expédition d’Egypte ( 1798-1801) ils vont aider à la prise de Malte puis soutenir le siège pendant plus de deux ans.
Les rescapés du combat naval d Aboukir vont encadrer la Légion Nautique et former en plus deux bataillons ( un avec l artillerie de l Armée et un à Alexandrie) et une compagnie d'ouvriers.


Les artilleurs de Marine vont servir en Haute Italie en fin 1799 , début 1800, soit en Ligurie( Gênes) soit pour armer de petites flottilles sur les grands lacs italiens.
Dès septembre 1800, Bonaparte prélève dans les sept demi brigades d artillerie de Marine des compagnies, dite de grenadiers, pour en former une unité d'élite. Regroupées en quatre bataillons, les compagnies rallient le corps d'Observation du Midi sous le commandement de Murat, qui doit prendre le contrôle du royaume de Naples ;

Au début de 1801, suite à la paix signée avec les Napolitains ( traité de Florence) , les artilleurs de Marine sont chargé d’ occuper leurs ports et notamment Tarente et Otrante. Le stationnement des troupes françaises va durer jusqu’ en 1803.

Beaucoup d’ artilleurs de Marine, sont envoyés dans des bataillons spéciaux pour les Antilles, en 1802, suite à la Paix d’Amiens. Les malheureux y succomberont en masse de la fièvre jaune.

En 1803, les sept demi brigades d Artillerie de Marine sont regroupées en quatre régiments. Les grenadiers de la Marine sont remis dans les effectifs .

Note: les troupes de Marine actuelles regroupent infanterie et artillerie de Marine mais aussi unité parachutiste et de transmission, qui n’existaient bien sûr pas au début du 19e siècle


allezsehri

avatar
Davin Didier
inceptio

Messages : 2204
Date d'inscription : 08/12/2010
Age : 60
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Infanterie et Artillerie de Marine sous la Révolution et l'Empire - Page 2 Empty Re: Infanterie et Artillerie de Marine sous la Révolution et l'Empire

Message  Davin Didier le Dim 9 Juin - 10:55

QQ Compléments
En 1786 existe le Corps des canonniers matelots, 9 divisions de 9 compagnies chacune. Ce corps est dissout en 1792 et versé dans le suivant.

En 1792, on crée 4 régiments d'infanterie de Marine et deux régiments d'Artillerie de Marine à deux bataillons chacun ( le 1er à Brest, le second à Toulon ) , plus 3 compagnies d'ouvriers et 4 compagnies d' apprentis canonniers des classes.

Les troupes de l'artillerie se recruteront par enrôlements volontaires...durée de l'engagement 8 ans.

Les apprentis canonniers , de 18 à 25 ans sachant lire et écrire, sont levés chaque année pour un an de service parmi les inscrits maritimes . Ils sont aussi volontaires ( on ne peut les verser dans l'Artillerie de Marine contre leur gré). Au bout d'un an, ils peuvent s'engager dans les compagnies de canonniers des régiments d'artillerie de Marine.

Ce système est dissout en 1794. On recrée des demi brigades d'Artillerie de Marine en 1795....
avatar
Davin Didier
inceptio

Messages : 2204
Date d'inscription : 08/12/2010
Age : 60
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Infanterie et Artillerie de Marine sous la Révolution et l'Empire - Page 2 Empty Canonniers matelots en 1789

Message  Davin Didier le Dim 9 Juin - 12:15

Après une réduction des effectifs des compagnies en 1789

Il y a donc neuf divisions de canonniers matelots correspondant aux 9 escadres de la Marine …

« La marine de Sa Majesté sera divisée en neuf escadres, cinq desquelles seront entretenues au port de Brest et dépendances, deux à celui de Toulon et les deux autres à celui de Rochefort. Les Escadres de Brest seront désignées par les dénominations de première, seconde, troisième, quatrième & cinquième Escadres ; celles de Toulon de sixième et septième ; et celles de Rochefort, de huitième & neuvième. »

Chaque division de 9 compagnies ( pas de compagnies d élite)
Il est spécifié que les anciens grenadiers et bombardiers conservent la haute paye qu’ils ont acquise dans le corps précédent. Les sous officiers sont appelés« Maîtres-canonniers ayant le rang de Sergent » et de « seconds Maîtres celui de caporal » , à raison de quatre maîtres et huit seconds maîtres sous un sergent-major et un fourrier,

Les canonniers-matelots, qui forment le fond des compagnies, se répartissent en trois classes, ce qui est une nouveauté, à raison de 24 de la première, celle des plus anciens et des plus instruits dans le canonnage comme dans la manœuvre des vaisseaux (article 9, titre Ier), 24 de la seconde et 32 de la troisième.

Il est précisé que « En temps de guerre, Sa Majesté se réserve, dans chacune des deux premières Classes, une augmentation de cinq places qu’on laissera d’abord vacantes, & qui seroit accordées pour récompense aux Canonniers-matelots de la troisième Classe, qui sera augmentée en même temps de guerre proportionnément aux besoins du service ; mais les bas Officiers, ainsi que les Canonniers-matelots des deux premières Classes, resteront au nombre fixé ci-dessus » (article 7, titre Ier). Sont intégrés à chaque compagnie un maître-armurier, un garçon-armurier et un tambour.

À la suite de chaque compagnie sont attachés dix matelots des classes, lesquels doivent rester un an au corps pour s’instruire du canonnage (article 49, titre Ier).
avatar
Davin Didier
inceptio

Messages : 2204
Date d'inscription : 08/12/2010
Age : 60
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Infanterie et Artillerie de Marine sous la Révolution et l'Empire - Page 2 Empty Re: Infanterie et Artillerie de Marine sous la Révolution et l'Empire

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum